Afrique

Au Liberia, George Weah, vedette du football devenue président

portrait président Liberia

La 3ème aura été la bonne. Battu en 2005 et 2011 par Ellen Johnson Sirleaf, George Weah a largement remporté le second tour de l'élection présidentielle au Liberia, ce jeudi 28 décembre, avec plus de 60% des suffrages. Cette ex-gloire du football va donc prendre la tête d'un pays marqué par 15 années de guerre.

dans
Nous sommes fin 1995. George Weah vient de quitter le Paris Saint-Germain pour le Milan AC en Italie, et en ce mois de décembre, il entre dans l'histoire du football : consécration, l'attaquant libérien reçoit le Ballon d'or. Pour la première fois, un joueur non européen est consacré meilleur joueur évoluant en Europe. 22 ans plus tard, George Weah reste le seul africain ainsi décoré.
 
©AP Photo/Carlo Fumagalli
Quel parcours pour le nouveau président du Liberia ! Weah vient de loin. Né le 1er octobre 1966 dans un bidonville de Monrovia, la capitale, élevé par sa grand-mère, il débute sa carrière de footballeur dans le championnat national avant de quitter son pays d'abord (une saison à Yaounde au Cameroun) puis son continent, direction l'Europe où pendant 13 ans il jouera dans les championats français, italiens et anglais avant de conclure sa carrière par deux années aux Emirats arabes unis.

Inquiet pour son pays

Mais Weah n'attend pas la retraite en 2003 pour se préoccuper du sort de son pays. Dès 1995, il prend la parole pour s'inquiéter du sort d'un Liberia en pleine guerre. Le seigneur de guerre et futur président Charles Taylor sème la violence dans la région en soutenant la rébellion du RUF au Sierra Leone voisin. George Weah prend publiquement position contre Taylor : les sbires du futur dictateur libérien s'en prendront à la résidence du footballeur à Monrovia. 
L'accession de Taylor au pouvoir au Liberia en 1997 entraîne le pays dans une guerre civile effroyable à l'issue de laquelle Charles Taylor devra quitter le pouvoir.

La chute de Taylor coïncide avec la retraite de Weah. C'est donc assez naturellement que, dès 2005, l'attaquant se présente à l'élection présidentielle qui doit marquer le retour du pays à l'ordre constitutionnel après une transition sous l'égide des Nations unies.
 

Des supporters de George Weah lors de la présidentielle de 2005 au Liberia.
Des supporters de George Weah lors de la présidentielle de 2005 au Liberia.
© AP Photo/George Osodi
George Weah se qualifie pour le 2nd tour mais doit reconnaître sa défaite face à l'économiste Ellen Johnson Sirleaf qui l'emporte largement avec près de 60% des suffrages. Sirleaf sera réélue en 2011. Quant à Weah, il pourra se consoler en 2014  : il est alors élu sénateur à Monrovia, face à... Robert Sirleaf, le fils de la présidente. 

La 3è candidature de George Weah aura donc été la bonne. Il prend les commandes d'un Liberia toujours très fragile. Plus de 6 libériens sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté. Une situation rendue plus complexe encore par la chute du prix des matières premières (fer et caoutchouc).
Le président Weah a donc de gros défis à relever. Tout en gardant un oeil sur le football et sur son ancien club le Paris Saint-Germain où une jeune joueur attirera sans doute toute son attention : un attaquant de 17 ans baptisé.. Timothy Weah. Le fils du président.
 
Liberia joie Weah 1
Récit : M. Roubeaud Montage : F. Rassinoux