Afrique

Au Sénégal, pas de rentrée des classes pour les écoliers du réseau Yavuz-Sélim

Sénégal, fermeture des école Yavuz Selim

Au Sénégal, les élèves dakarois du réseau Yavuz-Sélim ont trouvé porte-close lundi à l'occasion de la rentrée des classes. L'Etat sénégalais a fermé les 7 écoles privés du groupe turc, lié au prédicateur Fethullah Gulen.

dans

Jour de rentrée devant le collège Bosphore, élèves et parents attendent, mais personne n'entre ! Des policiers barrent le passage ! La décision vient du ministère de l'intérieur sénégalais.  les 7 établissements scolaires du groupe Yavuz-Selim, lié à l'imam turc Fethullah Gülen sont fermés jusqu'à nouvel ordrel

Fethullah Gülen, prédicateur exilé aux Etats-Unis est l'ennemi juré du président turc Erdogan qui mène une lutte sans merci contre ses réseaux dans le monde.
Malgré sa bonne réputation, ce collège privé de Dakar en paie le prix, au grand dam des parents.

Les problèmes politiques, nous on s'en fout. Ce qui nous intéresse c'est que nos enfants rentrent dans leurs classes et fréquentent leur école. On s'est sacrifé pour que nos enfants viennent dans cette école-là.Mansour Gueye, père d'élève

Le Sénégal a t il comme d'autres avant lui céder au pressions diplomatique de la Turquie ? Une chose est sûre, l'Etat avait prévu d'attribuer  la gestion de ces 7 écoles à  une fondation de l'Etat turc.  Mais revirement donc des autorités.

Une solution serait que le ministère de l'Education nationale assure l'administration provisoire de ces établissements (...) Si on met en oeuvre cette solution, on peut reprendre les cours dans un délai d'une semaine.Sérigne Mbaye Thiam, ministre de l'Education nationale

Le sort des écoles Yavuz-Selim au Sénégal n'est pas un cas isolé.

A Bamako au Mali, c'est les Collèges Horizons qui sont dans le viseur.
Au Maroc, malgré la résistance des parents et élèves en janvier 2017, les 8 écoles du groupe Mohamed El Fatih ont du mettre la clé sous la porte en pleine année scolaire
au motif de répandre une idéologie contraire aux principes du système éducatif et religieux marocain, selon le ministère de l'intérieur.