Teodoro Nguema Obiang Mangue, vice-président de la Guinée équatoriale lors de la 70ème session des Nations Unies, le 30 septembre 2015

Les "biens mal acquis" sont le produit d’activités délictuelles ou criminelles -détournement de fonds, transferts ilicites d'argent public, corruption, rétrocommissions-, qui ont permis à des dirigeants un enrichissement que leurs revenus ne peuvent justifier.

L'affaire des "biens mal acquis" concerne plusieurs chefs d'Etats africains et leurs familles, dont le Gabonais Ali Bongo Ondimba, le Congolais Denis Sassou-Nguesso et l'Equato-Guinéen Teodoro Obiang.

La belle-soeur et le neveu du président congolais Denis Sassou Nguesso ont été mis en examen mardi 11 juillet 2017 dans le cadre...
Partager: 
Alors qu'un retentissant procès dit "des biens mal acquis" (BMA), se déroule à Paris depuis ce lundi 19 juin 2017, la presse...
Partager: 
Le mercenaire britannique Simon Mann, impliqué dans une tentative de coup d'Etat en 2004 contre le président de la...
Partager: 
@AP
La fille du président congolais, Julienne Nguesso, et son mari - Guy Johnson- ont été mis en examen cette semaine. Ils sont...
Partager: 
Au terme d'une décennie de procédures, le premier procès dit des "biens mal acquis" s'est ouvert lundi 19 juin 2017 au tribunal...
Partager: 
Le Palais de Justice à Paris.
De la première plainte déposée par des ONGs en 2007 jusqu'à l'ouverture du procès de Teodoro Nguema Obiang Mangue devant le...
Partager: 
Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, Teodoro Nguema Obiang Mangue débute ce 2 janvier 2017 pour blanchiment d'abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption. Pourquoi cette affaire est-elle entre les mains de la justice française et non pas de la justice internationale ?
Partager: 

Pages

  • 1