#BringBackOurGirls : les 21 filles de Chibok libérées retrouvent leurs familles

Nigeria 21 chibok girls
Les 21 filles de Chibok libérées jeudi 13 octobre ont retrouvé leurs familles dimanche 16 octobre à Abuja. L'émotion était palpable. AP Photo/Olamikan Gbemiga

Après deux ans de captivité, les 21 lycéennes de Chibok, libérées par Boko Haram jeudi 13 octobre ont enfin pu retrouver leurs familles, à Abuja. Certaines ont commencé à raconter leurs difficiles conditions de détention.

dans
L'ambiance était joyeuse à Abuja dimanche 16 octobre. Les 21 filles de Chibok ont enfin pu serrer leurs proches dans leurs bras, après deux ans loin d'eux. Au rythme de la danse, les familles et les lycéennes ont fêté leurs retrouvailles. Une scène qui a ému la journaliste nigériane Adeola Fayehun. Elle s'est exprimée sur Twitter: "Après deux ans aux mains de Boko Haram, 21 filles de Chibok réunies avec leurs parents. Je suis très émue".

Le vice-président nigérian, Yemi Osinbajo, s'est lui adressé aux lycéennes : "Depuis de nombreux mois, le pays tout entier attend votre retour et nous sommes heureux de vous avoir retrouvées".


Ces retrouvailles ont également été l'occasion pour certaines lycéennes d'évoquer leur détention et notamment les conditions de vie difficiles. Lors d'une cérémonie religieuse tenue en leur honneur, Gloria Dame, l'une d'elles, a expliqué qu'elles avaient vécu pendant un mois et dix jours sans nourriture avant d'être libérées, et qu'une bombe de l'armée nigériane les avait presque atteintes.

Nous n'avions pas de nourriture pendant un mois et dix jours

Gloria Dame, ancienne captive de Boko Haram


"Nous remercions Dieu de nous avoir réunis aujourd'hui. J'étais dans la forêt quand un avion a lancé une bombe juste à côté de moi, mais je n'ai pas été blessée", a-t-elle raconté, visiblement très émue et très affaiblie par la faim. Avant d’ajouter : "Nous n'avions pas de nourriture pendant un mois et dix jours, mais nous ne sommes pas morte, Dieu merci".

Converties à l'islam après leur capture, comme l'avait affirmé sur une vidéo le leader du groupe Abubakar Shekau, les lycéennes de Chibok, en majorité chrétiennes, n'ont pas "pu prier comme elles peuvent le faire aujourd'hui", a raconté Gloria Dame.

A lire aussi >> Nigeria : les filles de Chibok, réduites à une monnaie d'échange par Boko Haram
 

Le combat continue pour les autres captives

Si la libération des 21 jeune filles est un succès pour le gouvernement nigérian, il n'est pas un aboutissement. En effet, il reste encore plus de 80 lycéennes aux mains de Boko Haram. Dimanche, le ministre de l'Information Lai Mohamed a assuré que "les négociations" avec les islamistes n'étaient pas "finies tant que toutes les filles n'ont pas été libérées". "Les négociations sont toujours en cours à l'heure où l'on parle. Bientôt d'autres, bien plus, seront libérées", a déclaré le ministre.

A lire aussi >> Nigeria : pourquoi Boko Haram et leurs captives sont-ils introuvables ?
 

Ce n'était pas un échange

Lai Mohamed, ministre nigérian de l'Information


Selon des sources locales, les 21 filles libérées auraient été échangées contre quatre combattants de Boko Haram, à la frontière avec le Cameroun. Mais le ministre de l'Information l'a assuré : "Ce n'était pas un échange".

A lire aussi >> Nigeria : Amina, une des "filles de Chibok", retrouvée

Certains observateurs voient dans cette libération l'affaiblissement de Boko Haram qui apparaît très divisé ces derniers mois. Le groupe islamiste a déjà fait plus de 20 000 morts et environ 2,6 millions de déplacés depuis 2009, et des milliers de personnes sont encore aux mains de la secte.

A lire aussi >> #Bringbackourgirls : la double peine des filles de Chibok