Afrique

Burundi : un mort et 29 blessés après une double attaque à la grenade

Arrestation d'un civil après des attaques à la grenade en 2016.
Arrestation d'un civil après des attaques à la grenade en 2016.
©AP Images/ STR

Jeudi 17 août au soir, après l'attentat de Barcelone, la capitale du Burundi, Bujumbura, a été le théâtre d'attaques à la grenade.

dans
Le bilan est encore provisoire mais au moins un mort et 29 blessés sont à déplorer après l'explosion de deux grenades au Burundi. Dans l'un quartier populaire du centre de la capitale, Bujumbura, deux bars à vin ont été ciblés par des grenades. Les explosions se sont produites presque simultanément à 20 heures, heure locale.
    
Les deux bars, très fréquentés, se situent dans deux rues distinctes. La première explosion s'est produite sur la 21e avenue et la seconde sur la 29e avenue. Le bilan, communiqué par le porte-parole de la police burundaise, pourrait s'alourdir.

Des attaques fréquentes

Mais ces attaques ne font pas figure d'exception. Le Burundi est régulièrement le théâtre d'attaques à la grenade depuis de nombreuses années. La crise politique du pays les a multipliées. En avril 2015, la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat et sa réélection en juillet de la même année a mis le feu aux poudres. Tour à tour, opposition et pouvoir se rejettent la responsabilité de ces crimes... qui ne sont jamais revendiqués.

Selon l'ONU et les ONG sur place, les violences liées à cette crise politique auraient déjà fait de 500 à 2000 morts. Mais elle aurait aussi généré des centaines de cas de disparitions forcées et de torture. Plus de 400 000 Burundais auraient fui le pays à cause de ce contexte de violences et de divisions.