Cameroun : “Dieudonné participe à l'économie du pays !“

Pas un jour en France, en Belgique ou en Suisse sans que les médias n'évoquent l'actualité de  Dieudonné : spectacles interdits, duels politiques,... L'humoriste-polémiste est au cœur d'une violente tempête médiatico-judiciaire. Dernier rebondissement : les enquêteurs ont découvert d'importants mouvements d'argent entre les comptes de proches de l'artiste et une société camerounaise gérée par son fils. Au Cameroun, on préfère dépassionner l'affaire... Tout en se montrant intéressé.
 

dans
Nous préparons un grand portrait de Dieudonné ! Il faut que les gens sachent qui il est vraiment. Vous savez, Dieudonné n’est pas spécialement connu ici mais cette affaire de blanchiment d’argent a vraiment rehaussé sa côte de popularité ! Je constate qu’ici, on en parle de plus en plus positivement."
Jules Romuald Nkonlak est rédacteur en chef du quotidien camerounais Le Jour. Joint par téléphone, il semble enthousiasmé par ce qu’il convient d’appeler désormais “L’affaire Dieudonné”. Au Cameroun, à plus de 5000km de la fureur médiatico-politique qui rythme depuis plusieurs jours les journaux télévisés français et occupe la Une des quotidiens francophones, l’humoriste-polémiste n’est pourtant pas une star dans le pays. Pas même une vedette. Concernant le dernier rebondissement de cette affaire, à savoir le soupçon de blanchiment d’argent de plus de 400 000 euros à destination du Cameroun, le journaliste se fait pragmatique. Il  s’exclame, sans rire : “Cela fait plaisir de voir qu’il participe à l’économie du pays !”  

Douala (Photo AFP)
Douala (Photo AFP)
Vedette

Mais comment expliquer le peu d’intérêt que semblent avoir les Camerounais pour lui ? La réponse viendrait du fait que son humour vitriolé, ses propos antisémites et son cortège de scandales seraient trop loin de l’esprit des Camerounais et de leurs préoccupations. Cette farandole de polémiques plus ou moins nauséeuses n’aurait, semble-t-il, aucun impact sur le public et ne produirait donc que peu de résonance chez les gens. Raphael Mvogone, journaliste local et correspondant pour les médias chinois, avance une explication : “C’est un personnage un peu lointain pour nous. Les thèmes qu’il aborde ne touchent aucun intellectuel ici. Aucun lien intime n’existe entre lui et le public. A Douala, vous ne trouverez aucune vidéo de lui. Le public s’identifie davantage à Manu di Bango ou à Yannick Noah. Que voulez-vous, ce n’est pas une vedette de la chanson ! De plus, il ne vit pas sur place et quand il vient dans le pays, ses séjours ne sont pas médiatisés”.  

Bordereau de la STE EWONDO CORP SARL (document JSS news)
Bordereau de la STE EWONDO CORP SARL (document JSS news)
Cameroun

Cependant, si l’on en croit les dernières révélations du site JSS news, un webzine qui se revendique comme le premier média israélien francophone, les liens qui unissent Dieudonné et le Cameroun existeraient bel et bien. Mais ils n’auraient absolument rien d’artistiques. Toujours selon le site, le fils de l’artiste, Merlin M’Bala M’Bala, gèrerait ainsi une société de lubrifiants, la société Ewondo Corp SARL dont le siège est à Yaoundé (voir document ci-contre).
Dieudonné et le Cameroun, c’est une histoire mouvementée ! Et pour bien la comprendre, il faut remonter dans le temps. 

Dieudonné M'Bala M'Bala
Dieudonné M'Bala M'Bala
"pas juif, pas musulman, plus catholique"

Dieudonné M'Bala M'Bala est né en 1966, à Fontenay-aux-Roses d'une mère bretonne, Josiane, étudiante en sociologie, et d'un père camerounais, expert-comptable. Après le divorce de ses parents, son père est retourné vivre au pays où il a eu six autres enfants. Dieudonné et son frère aîné ont alors été mis en nourrice. Il passe son adolescence dans un lycée catholique à Bagneux où vit sa mère. A 14 ans, lors d’un été au Cameroun, il découvre  une facette insoupçonnée dans sa famille : l’humour. Une révélation. Il s’en ouvrira bien plus tard au grand reporter Robert Belleret du journal Le Monde : "C'est au cœur de la forêt que j'ai éprouvé le flash. Avec l'un de mes oncles, Okepi, de culture ewondo. C'était une espèce de sage, marginal et super-cool qui aimait faire rire les enfants surtout quand il avait forcé sur le vin de palme. Il vivait dans un autre rythme, en osmose avec la nature. Il parlait à peine français mais entre nous ça ne passait pas par des mots." Lors de cette rencontre, il prendra soin de préciser : "Je ne suis pas juif, pas musulman, plus catholique, pas vraiment noir, pas tout à fait blanc.... Je suis biologiquement métis et il n'y a donc pas de frontière en moi.
A cette époque, Dieudonné se défendait de tout antisémitisme et il n’était pas question, alors, de chambre à gaz et de soupçon de fraude fiscale. C’était en 2005.