Cameroun : enlèvement d'un prêtre français

Dans la nuit de mercredi 13 à jeudi 14 novembre, un prêtre français a été enlevé dans le nord du Cameroun à la frontière avec le Nigeria. Il serait détenu par le groupe islamiste nigérian Boko Haram. Dans la même région, une famille française de sept personnes avait été enlevée en février 2013, puis libérée. Leur rapt avait été alors revendiqué également par Boko Haram. 

dans
Cameroun : enlèvement d'un prêtre français

14.11.2013Avec AFP
Un prêtre français a été enlevé dans la nuit de mercredi 13 à jeudi 14 novembre dans dans une zone à risque du nord du Cameroun proche de la frontière avec le Nigeria. Il aurait été kidnappé par le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram.

Lors de son enlèvement, le père Georges Vandenbeusch, 42 ans, prêtre catholique de la paroisse de Nguetchewe, "se trouvait près de Koza dans l’Extrême-Nord du Cameroun, à 30 kilomètres de la frontière avec le Nigeria", a précisé le ministère des Affaires étrangères français dans un communiqué jeudi 14 novembre. Une zone "formellement déconseillée du fait du risque terroriste et du risque d’enlèvement", a ajouté le ministère.

Georges Vandenbeusch y officiait dans sa paroisse depuis deux ans après avoir quitté celle de Sceaux en France. 

"Il lui avait plusieurs fois été précisé que c'était une zone dangereuse" et "on lui avait recommandé expressément de ne pas y rester, mais il avait estimé qu'il devait rester", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui affirmait jeudi 14 novembre "tous les moyens sont déployés pour essayer de le retrouver et de le libérer."

"Des recherches sont en cours pour vérifier les circonstances de son enlèvement et l’identité des ravisseurs. Nous mettons tout en œuvre, en lien avec les autorités camerounaises, pour obtenir sa libération", a conclut le Quai d'Orsay.

Boko Haram

Le rapt du curé est survenu dans la région où sept Français d'une même famille, les Moulin-Fournier (un couple, leur quatre enfants, et le frère du mari), avaient été enlevés en février avant d'être libérés fin avril.

Leur rapt avait été revendiqué par le groupe islamiste nigérian Boko Haram, actif dans le nord du Cameroun, une zone troublée depuis plusieurs années par des attentats et des assassinats violemment réprimés par les forces de sécurité nigérianes.
Leurs ravisseurs demandaient notamment la libération de membres de leurs familles "emprisonnées au Nigeria et au Cameroun". 

La semaine dernière, le Cameroun et le Nigeria ont annoncé la création d'un comité mixte chargé de sécuriser leur frontière commune, face notamment à la menace que constitue Boko Haram. La veille de l'enlèvement du prêtre français, les États-Unis plaçait les groupes nigérians Boko Haram et Ansaru sur leur liste des "organisations terroristes étrangères".



Analyse avec nos invités en plateau

14.11.2013Jean-Christophe Servant et Romain Nadal interviewés par Mohamed Kaci
Analyse avec nos invités en plateau

Otages français dans le monde

Le nombre officiel de Français retenus en otages dans le monde est désormais de huit: quatre journalistes depuis juin en Syrie, Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres; un Français au Nigeria depuis décembre 2012, Francis Collomp; deux Français au Sahel, Serge Lazarevic enlevé en novembre 2011, et Gilberto Rodriguez Leal enlevé en novembre 2012.