Colonisation, découpage, indépendance – un héritage tourmenté

dans
Paysans arrivant au marché mensuel du caoutchouc de Lebango - Library of Congress

Peuplement
: Les premiers vestiges archéologiques retrouvés dans le sol congolais remonteraient au 7ème millénaire avant notre ère. Les Pygmées seraient les premiers occupants. Apparaissent ensuite des peuples qui vont se regrouper et s'organiser en puissants royaumes.
Les Téké venus du nord-ouest ont occupé les plateaux dès le VIIème siècle où ils fondèrent un vaste royaume allant du Gabon jusqu'au Congo-Kinshasa. Le souverain Makoko résidait à MBÉ et, régnait sur une "société" qui prospérait grâce au commerce et à la navigation fluviale.

1482 : Après les premières reconnaissances effectuées par des navigateurs portugais, l'explorateur Don Diego Cao atteint l'embouchure du Congo. Les Portugais sont ainsi les premiers Européens à atteindre les côtes congolaises. De la fin du XVème au XVIIème siècle, les contacts avec les tribus locales furent difficiles, d’autant que les Portugais entreprirent le commerce des esclaves, favorisé par des traites humaines intérieures. Cette pratique va causer une énorme ponction démographique dans le royaume Kongo et va ainsi provoquer un grand désordre structurel.

1875 : Début de la pénétration française. L’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza atteint le Congo en 1879 en remontant le cours de l'Ogoué, jusqu'à l'embouchure de l'actuelle île Mbamou. Il fait signer un traité de souveraineté au Makoko et fonde le poste de Mfoa, en référence à une rivière qui dessert la ville, laquelle ville deviendra Brazzaville

1884 : La Conférence de Berlin procède au partage de l'Afrique entre puissances coloniales européennes.

1888 : un décret réuni le Moyen-Congo et le Gabon. Trois ans plus tard, les possessions françaises d'Afrique centrale sont regroupées sous le nom de Congo français, lui-même divisé en 1906 en trois colonies ayant chacune leur autonomie : Gabon, Moyen-Congo, Oubangui (actuel Centrafrique), bientôt rejointes par le Tchad.

1899 : le Congo français est cédé à des compagnies concessionnaires, qui exploitent les ressources naturelles (caoutchouc, ivoire et le bois précieux) et versent un impôt à l’administration française. Le ministre des Colonies de l’époque accorde plus tard, par décret, quarante concessions du Congo français, certaines seront achetées par Léopold II de Belgique sous un faux nom.

1920 : création de l’AEF (Afrique Équatoriale Française) avec Brazzaville pour Capitale. Le régime de l'indigénat qui privait les locaux de tout droit civique, est de plus en plus mal ressenti.

1926 : André Matsoua, un homme politique local fonde une amicale chargée de venir en aide aux tirailleurs qui ont participé aux côtés de l'armée française à la première guerre mondiale. Cette amicale devient vite un mouvement de protestation contre l'administration coloniale.

1944 : Charles De Gaulle réunit la Conférence de Brazzaville, considérée par la suite comme étant le premier pas important dans l'émancipation des peuples d'Afrique, le premier pas vers l'Indépendance et la décolonisation.

1945 : Les Congolais élisent le premier député congolais, Jean-Félix Tchicaya, à l'assemblée constituante de Paris.

1958 : le référendum sur la Communauté française obtient 99 % de « oui » au Moyen-Congo. Le Congo devient une république autonome, avec Fulbert Youlou pour Premier ministre.

1959 : des troubles éclatent à Brazzaville et l'armée française intervient : Youlou est élu président de la République.

15 août 1960 : le Congo accède à l'indépendance.

Chronologie établie à partir de Wikipédia et Congo Brazza - Histoire