Congo - Brazzaville : Denis Sassou Nguesso, président à vie ?

dans

Entre soupçons de corruption et de fraudes électorales, un pays muselé

2,2 millions d'électeurs sur un total de trois millions d'habitants étaient appelés à voter dimanche 12 juillet 2009.

Face à douze adversaires fantoches, Denis Sassou Nguesso, 66 ans,vient d'être réélu avec près de 79% des voix pour un nouveau septennat, après 25 ans à la tête de son pays.

En outre l'opposition et des observateurs extérieurs dénoncent les fraudes massives organisées par le pouvoir en place et une abstention importante non prise en compte.

Denis Sassou Nguesso est accusé de corruption et de pillage de son pays par plusieurs ONG, un pays qui dispose d'importantes ressources naturelles, dont le pétrole.

Il se place ainsi dans la ligne de mire de Barack Obama qui a appelé à une moralisation des chefs d'État africains, lors de son séjour au Ghana.

Entretien avec Roger Bonka Owoko

Entretien avec Roger Bonka Owoko

Le directeur exécutif de l'observatoire congolais des droits de l'homme constate : "L'élection n'a pas été transparente et les chiffres de la participation ont été tronqués."

1'21

« Le bilan de Sassou est marqué par la malédiction du pétrole »


Entretien avec Marie Roger Biloa, directrice du mensuel Africa International, destiné à la diaspora africaine, et présidente du Club Millenium, groupe de réflexion sur l'avenir du continent

Avez-vous des informations sur le déroulement de cette élection, compte tenu des inquiétudes des opposants ?

Le premier tour a bien eu lieu comme on le sait, on aura certainement les résultats dans quelques jours. On a tous suivi un certain nombre de contestations de la part de l’opposition qui d’emblée soupçonnait que l’élection ne serait pas libre et démocratique. Cette élection comme la plupart des élections en Afrique pose un certain nombre de problèmes. Ce qui me semble intéressant à noter, c’est le manque de travail politique des opposants, qui généralement se réveillent deux à trois mois avant l’élection. Pendant cinq ans on n’entend pratiquement pas parler d’eux, ou du moins de manière accessoire, et jamais sur le fond. Ils n’arrivent pas à représenter une alternative crédible. Si on regarde les candidats en face du président Denis Sassou Nguesso, il y en a qui auraient pu convaincre et qui ne l’ont pas fait. Je regarde le contre exemple de Kofi Yamgnane sur le terrain au Togo, il a très peu de moyens et une petite équipe motivée, mais il sillonne le pays pour convaincre les gens. Les opposants africains, pour la plupart d’entre eux restent en ville, ils ne s’occupent pas des électeurs quand il n’y a pas d’échéance en vue. On n’a jamais l’impression qu’ils sont vraiment dans l’initiative.

Une élection sans grand engouement pour le peuple congolais

Une élection sans grand engouement pour le peuple congolais
L'opposition crie à la fraude, les populations se sont peu déplacées pour voter, mais déjà, le camp présidentiel est quasi sûr de sa victoire.

Dominique Laresche - JT - TVMonde

13 juillet 2009 - 1'54



Denis Sassous Nguesso et les biens mal acquis

Denis Sassous Nguesso et les biens mal acquis
Le président congolais fait l'objet d'une plainte de détournement de biens publics par des ONG françaises, qui dénoncent un enrichissement personnel au détriment du peuple qui s'appauvrit chaque jour un peu plus.

Dominique Derda - juillet 2009 - 2'36

Lorsque Denis Sassou se défend des accusations de corruption

Lorsque Denis Sassou se défend des accusations de corruption
Blanchiment d'argent, détournement de fonds publics et abus de biens sociaux. Trois chefs d'accusations portés contre les présidents du Congo, du Gabon et de la Guinée Équatoriale. L'avocat de Denis Sassou Nguesso proteste...

JT - TV5Monde

7 mai 2009 - Réza Pounewatchy


Dossier préparé par Christelle Magnout et Sylvie Braibant