Afrique

Congo-Brazzaville : l'aide humanitaire s'organise pour les déplacés du Pool

Congo-Brazzaville : l'aide humanitaire s'organise pour les déplacés du Pool

Depuis plus d'un an,  des combats font rage dans la région du Pool, dans le sud de la République du Congo. L'ONU estime que le conflit a déjà fait 138 000 déplacés. En ce début de semaine, l'Union européenne, la France, l'Italie et le PAM ont annoncé le déblocage de plus d'un million 500 000 euros pour leur porter secours.

dans

Ces déplacés sont désormais en sécurité. 
Mais ils vivent dans le plus grand dénuement.
Des tentes, des matelas en mousse... Mais toujours très peu de vivres et de médicaments.
«On est  obligé, presque tous les jours, d'aller couper du bois de chauffe pour le vendre et survivre avec nos enfants. À l'hôpital, il y a plein d'enfants qui souffrent de diverses maladies et on nous demande de l'argent pour les soigner. Où allons-nous trouver cet argent?" demande Cécile Ntoba, une déplacée.

Comme cette femme, ils sont une cinquantaine à avoir trouvé refuge dans l'enceinte de la sous-préfecture de Kinkala, la capitale du département du Pool.
Un petit camp de réfugiés improvisé. Il en existe cinq autres en ville.
La plupart des quelques 3000 déplacés qui ont réussi à rejoindre Kinkala, sont hébergés en familles d'accueil. Tous, se débrouillent pour survivre.

"Gagner de l'argent ici c'est impossible parce qu'on ne travaille pas, raconte Nathalie Zoba, déplacée. Ce qu'on veut, c'est rentrer dans nos villages, pour travailler et gagner notre vie, normalement. Ici, je ne m'en sors pas avec mes deux enfants et mon jeune frère qui a fui avec moi."

Accusations

Ils seraient près de 140 000 à avoir tout quitté, dans différentes zones du Pool. Cela représente près d'une personne sur trois dans le département. Depuis plus d'un an, une guérilla oppose dans la région, les forces armées congolaises aux partisans du Pasteur Ntumi. Un ancien chef rebelle, que les autorités accusent d'avoir attaqué Brazzaville, au lendemain de la réélection contesté, du Président Sassou N'Guesso, en avril 2016.


En juillet dernier, les Nations Unies ont lancé un appel pour financer un fonds d'aide humanitaire destinés aux civils, victimes de ce conflit. En ce début de semaine, l'Union européenne, la France, l'Italie et le PAM ont annoncé le déblocage de plus d'un million 500 000 euros.