Côte d'Ivoire : le sentiment anti Françafricain monte sur le web

Depuis plusieurs années, avec la présidence de Laurent Gbagbo, il y a quelque chose de cassé entre la France et une partie des Ivoiriens. La crise post-électorale a creusé un peu plus le fossé entre les anciens amis, entre l'ancienne colonie et son colonisateur. Le gouvernement français, comme l'ensemble de la Communauté internationale, reconnaît l'élection d'Alassane Ouattara. Sur le net, de nombreux appels sont lancés pour une « non ingérence » dans les affaires de la Côte d'Ivoire. Parfois diplomatiques, souvent virulents, les messages envoyés par ces idéologues d'un nouveau genre ont tous une même connotation : «Dehors la France » !

dans
(© Sébastien Marchal / Survie)
« Le néocolonialisme en Afrique ça suffit ! ». C’est en substance la vaste campagne qui s’amplifie ces derniers jours sur internet. Un mouvement qui a muri et grandit avec la célébration du cinquantenaire des indépendances des pays africains, et qui au fil de la crise en Côte d’Ivoire a pris des tournures plus importantes.

Des groupes de pressions, des associations, des clubs sur les réseaux sociaux. Le web est investi par cette idéologie qui réclame « un divorce avec la France ». Au pilori : la France et la Françafrique que les initiateurs de ce mouvement de protestation qualifient de « second esclavage ».

DR
SUR FACEBOOK ET DANS LES BLOGS

Sur Facebook, le groupe « Résistance contre le néocolonialisme et pour une monnaie africaine" est né. Objectif selon ses initiateurs : « militer pour la création d´une africaine réelle et autonome ». Le groupe qui revendique plus de 1000 abonnés accentue ces derniers jours ses publications autour de la Côte d’Ivoire. Pour eux, tous les malheurs des pays africains viennent de la France. « La France souhaite qu’aucun pays membre de l’UEMOA et de la CEMAC soit véritablement souverain et auto-suffisant, et ainsi capable d’échapper à leur contrôle », peut-on lire sur le profil. Un autre blog proche du président sortant Laurent Gbagbo accuse le gouvernement de Sarkozy de soutenir la rébellion en Côte d’Ivoire : « Le Radio Onuci-fm est maintenant à la disposition de la rébellion, une Radio pirate a aussi été mise à la disposition des forces rebelles ivoiriennes par l'armée française et ces deux Radios sont des supports d'incitation à la haine et à la déstabilisation de la Côte d'Ivoire », écrit le blogueur.

(© Survie)
EN FRANCE AUSSI

Dans les forums de discussions les débats s’enveniment parfois. «Les Ivoiriens doivent retirer leur argent et les déposer dans des banques non-françaises », peut-on lire sur
ce forum ivoirien. Cette idée de boycotter les entreprises françaises n’est pas nouvelle. Un internaute écrit d’ailleurs « Ce sont les ivoiriens qui ont leur argent dans les banques françaises et non des extra-terrestres. Si ça ne rapportait rien à la France ces banques ne seraient pas en Côte d’Ivoire. Il faut saboter ces banques françaises ».
D’autres groupes réclament eux, le départ de la force militaire française. L’association
Survie en qualifiant Paris de « pyromane » accuse : « La France porte une grande responsabilité dans la crise qui secoue la Côte d’Ivoire depuis 8 ans. (…) La France doit procéder au retrait de son opération militaire au profit de troupes internationales sous commandement onusien. »

Les arguments de Survie, à écouter...
Côte d'Ivoire : le sentiment anti Françafricain monte sur le web

Pour l’heure cette grogne contre la France n’est palpable que sur le web. Mais elle traduit des sentiments sur place à Abidjan qui se sont développés de plus en plus, depuis les dernières prises de positions de la France en faveur d’Alassane Ouattara (reconnu président par l'ensemble de a communauté internationale).
Les Français vivant en Côte d’Ivoire disent ne pas se sentir menacer pour l’instant. «Mais quand tu lis certains propos sur internet il y a de quoi à craindre », prévient Caroline, une française qui vit à Abidjan.