Afrique

Côte d'Ivoire : Simone Gbagbo acquittée

verdict simone
©TV5monde
Simone Gbagbo, qui ne s'est pas présentée à son procès depuis juin 2016, était à nouveau absente hier mardi 28 mars 2017 lors de l'énoncé du verdict.<br />
 

Après 10 mois de procès, Simone Gbagbo a été acquittée mardi 28 mars 2017. La Cour d'assises d'Abidjan a jugé l'ex-première dame de Côte d'Ivoire non coupable de crimes contre l'humanité lors de la crise post-électorale de 2010-2011. Alors que le procureur avait requis l'emprisonnement à vie, ce verdict suscite de nombreuses réactions.

dans

"Le jury à la majorité déclare Simone Gbagbo non coupable des crimes qui lui sont reprochés, prononce son acquittement et ordonne qu'elle soit remise immédiatement en liberté si elle n'est retenue pour d'autres causes", a déclaré le juge Kouadjo Boiqui, président de la Cour d'assises.

Le Front populaire ivoirien (FPI), le parti créé par l'ex-président Laurent Gbagbo s'est félicité de cette décision, l’interprétant comme "une volonté d'aller à la réconciliation". "Nous souhaitons et attendons que les autres prisonniers politiques soient remis en liberté" a déclaré, à l'AFP, son chef Pascal Affi N'Guessan, dirigeant du FPI.

Simone Gbagbo purge déjà une peine de 20 ans de prison, prononcée en 2015 pour "atteinte à la sûreté de l'Etat".

Les parties ont "60 jours pour introduire un pourvoi contre cette décision", a souligné le juge, à l'issue de six heures de délibéré des six jurés.
 

Pas de prison à vie

Le procureur général du tribunal d'Abidjan avait requis une peine d'emprisonnement à vie à l'encontre de Simone Gbagbo, y voyant un acte pour sceller "la réconciliation nationale" après une meurtrière crise post-électorale. "Messieurs les jurés, il vous est demandé par l'acte que vous allez poser d'aider la Côte d'Ivoire à tourner une page de son histoire, de sa propre histoire et de lui donner les moyens d'aller à la réconciliation nécessaire", avait déclaré le procureur Aly Yéo, dès l'ouverture de son réquisitoire qui a duré une heure.

"Soyez au rendez-vous de l'histoire", avait martelé le procureur, appelant les jurés à déclarer "Simone Gbagbo coupable de crime contre l'humanité et de crime de guerre" et à la "condamner à l'emprisonnement à vie".

Simone Gbagbo, dont la dernière apparition au tribunal remonte à fin novembre, était une nouvelle fois absente mardi pour dénoncer un procès qu'elle juge inéquitable.

"Véritable chef du pays"

Selon le procureur, "elle a commencé à s'imposer depuis l'accession de son époux (Laurent Gbagbo au pouvoir en 2000) "comme le véritable chef de la Côte d'Ivoire, de l'armée, de la police et de la gendarmerie".

L'ex-première dame de Côte d'Ivoire a été le chef d'une cellule de crise, "véritable organe décisionnel sur le plan sécuritaire", souligne le parquet général, sur la base des documents saisis chez le couple présidentiel, lors de leur arrestation le 11 septembre 2011.

Le procureur a requis en l'absence des avocats commis d'office de Simone Gbagbo qui réclament une "reprise totale du procès" en raison d'"irrégularités".

Ces défenseurs avaient longuement exposé vendredi leurs griefs, dénonçant notamment l'absence de 10.000 documents dans le dossier d'accusation et le remplacement d'un juge. Me Patrick Georges Vieira a fustigé une "situation ubuesque, qui est une atteinte aux droits de la défense. Le caractère équitable (du procès) est indiscutablement remis en cause".

Une crise responsable de 3 000 morts

Mme Gbagbo est jugée depuis le 31 mai 2016 pour son implication présumée dans des tirs d'obus sur le marché d'Abobo, un quartier d'Abidjan favorable à Alassane Ouattara - rival de son mari Laurent Gbagbo à la présidentielle de novembre 2010 - et pour sa participation à une cellule qui organisait des attaques menées par des milices et des militaires proches du régime.

Ces crimes ont été commis lors de la crise qui a fait plus de 3.000 morts en cinq mois dans le pays, après le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire électorale de Alassane Ouattara.

Laurent Gbagbo, l'ex-président ivoirien est jugé de son côté par le Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour des crimes contre l'humanité commis pendant la crise de 2010-2011.