Disparus du Beach : l'enquête relancée en France

L'affaire remonte à 1999 pendant la guerre civile au Congo. Le général Norbert Dabira a été interpellé et mis en examen ce jeudi 22 août à Paris pour crimes contre l'humanité. Le militaire congolais est accusé d'enlèvement massif et systématique dans l'affaire des disparus du Beach à Brazzaville. Les juges français l'estiment responsable de la disparition de 350 personnes.

dans
Disparus du Beach : l'enquête relancée en France

Pour aller plus loin

L'affaire des disparus du Beach est un épisode d'une longue guerre civile qui a frappé le Congo Brazzaville à la fin des années 90. Pour bien comprendre, reportage de la rédaction de France 3 à Brazzaville. 

Disparus du Beach : les dates-clés

Avec AFP
2001
                  
- 4 juil: Les familles de 353 personnes arrêtées en 1999 à Brazzaville et portées disparues exigent une commission parlementaire pour faire la lumière sur ces "arrestations arbitraires".
                  
- 31 août: Les autorités parlementaires instituent une commission pour enquêter sur les disparitions de personnes lors des guerres civiles de 1993-1994, 1997 et 1998-1999.
                  
- 5 déc: Dépôt d'une plainte devant le tribunal de Meaux, en région parisienne, pour tortures, disparitions forcées et crimes contre l'humanité. La plainte vise le président congolais Denis Sassou Nguesso, le ministre de l'Intérieur Pierre Oba, l'inspecteur général des armées Norbert Dabira et le commandant de la garde présidentielle, Blaise Adoua.
                  
2002
                  
- juin: La justice congolaise ouvre une information judiciaire.
                  
- 8 juil: Norbert Dabira est entendu par deux juges d'instruction de Meaux.
                  
- 12 sept: Le général Dabira nie toute implication.
                  
- 25 nov: Brazzaville dénonce une "manipulation politicienne" par les anciens dirigeants réfugiés à l'étranger et les médias internationaux.
                  
2003
                  
- 28 avr: Le Congo demande à la Cour internationale de justice (CIJ) d'ordonner le gel de la procédure française. Le 17 juin, la CIJ rejette la demande.
                  
2004
                  
- 21 jan: Le général Dabira proteste contre le mandat d'arrêt international délivré contre lui par un tribunal français.
                  
- 2-3 avr: Le directeur de la police, le colonel Jean-François Ndenguet, en visite en France, est écroué à la prison parisienne de la Santé. Il est libéré sur ordre du procureur de la République parce qu'il était détenteur d'un passeport diplomatique et d'un ordre de mission lui assurant une immunité.
                  
2005
                  
- 21 juil: Ouverture à Brazzaville du procès de l'affaire des disparus dans lequel comparaissent quinze accusés, en majorité de haut gradés de l'armée et de la police.
                  
- 3 août: Le quinzième et dernier accusé nie, comme tous ses coaccusés, tout rôle dans la disparition de réfugiés.
                  
- 17 août: La Cour criminelle de Brazzaville acquitte les quinze accusés, tout en condamnant l'Etat congolais à indemniser les proches de 86 de ces réfugiés.
                  
2007
                  
- 10 jan: La Cour de cassation, plus haute juridiction judiciaire de France, valide l'enquête française, annulée en 2004, et décide la reprise de l'instruction.
                  
- 20 juin: La justice française abandonne les poursuites contre le chef de la police Jean-François Ndenguet, validant le reste de l'enquête.

2008
                  
- 9 avr: A Paris, la Cour de cassation signe la fin des poursuites engagées contre Jean-François Ndengue, tout en validant celles concernant Norbert Dabira.
                  
- 12 avr: Le ministre congolais de la Justice et des droits humains, Aimé Emmanuel Yoka, affirme que l'affaire relève "du droit commun et de la justice nationale".

2009
    
- 13 mai: Des ONG de défense des droits de l'Homme réclament "vérité et justice" et appellent la justice française à poursuivre de façon "effective" son travail sur ce dossier.
                  
2010
                  
- 18 nov: La CIJ indique que le Congo a renoncé à la procédure entamée en 2002 contre la France.

2013
                  
- 22 août: Le général congolais Norbert Dabira est arrêté près de Paris et mis en examen (inculpé) pour "crimes contre l'humanité" dans l'enquête sur l'affaire des disparus (source judiciaire).