Afrique

Ebola : l'épidémie est-elle vraiment finie ?

Un panneau de prévention "STOP EBOLA" à Freetown, Sierra Leone, le 15 janvier 2016.
Un panneau de prévention "STOP EBOLA" à Freetown, Sierra Leone, le 15 janvier 2016.
©AP Photo/Aurelie Marrier d'Unienville

L’Organisation Mondiale de la Santé a annoncé le décès d’une personne atteinte par le virus Ebola ce vendredi 15 janvier. La veille, l’OMS proclamait pourtant, avec prudence, la fin de la flambée d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Quand s'arrêtera vraiment l'épidémie ? 

dans
La fin de la transmission du virus Ebola au Libéria, en Guinée et en Sierra Leone - pays les plus touchés par l’épidémie - n’aura duré pas duré longtemps.

Le 14 janvier, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) annonçait devant la presse la fin de ​« toutes les chaînes de transmission connues en Afrique de l’Ouest ». Cette annonce intervenait alors qu'aucun nouveau cas d'Ebola ​au Libéria n'avait été récemment signalé après une résurgence du virus dans le pays en 2015. 

«Le risque de réintroduction de l’infection diminue à mesure que le virus disparaît progressivement de la population des survivants, mais nous prévoyons cependant de nouvelles résurgences et devons nous y préparer », indiquait prudemment dans un communiqué de l'OMS le Docteur Bruce Aylward, représentant spécial de l'organisation pour la riposte à Ebola. 

Les résurgences ne se sont pas faites attendre. L’Organisation mondiale de la Santé a en effet eu la certitude, jeudi 14 janvier, qu'une étudiante de 22 ans décédée en début de semaine en Sierra Leone était bien contaminée par le virus Ebola. L'information a été donnée ce vendredi 15 janvier. L'épidémie n'est-elle donc pas terminée en Afrique de l'Ouest ? Sur quels critères l’OMS se base-t-elle pour proclamer la fin de la propagation du virus ?

Ne pas confondre arrêt de la transmission et disparition du virus

La fin de la transmission avait été proclamée en Guinée le 29 décembre et en Sierra Leone le 7 novembre 2015, ...jusqu'à ce nouveau cas annoncé ce 15 janvier. 

Le Libéria a aussi été déclaré exempt de transmission d’Ebola le 14 janvier 2016 soit 42 jours après la guérison de son dernier patient atteint du virus et sans qu'aucun nouveau cas n'ait été déclaré. Cette durée correspond à deux périodes maximales d’incubation de 21 jours. 

Même si pendant cette période aucun nouveau cas n'est déclaré, cela ne signifie par pour autant que le virus a complètement disparu. 

Patients guéris, mais porteurs du virus   

Il peut, en effet, persister dans l’organisme d’un patient guéri. En général, le virus disparaît rapidement mais peut rester dans les fluides corporels plusieurs mois, et jusqu’à un an dans le sperme. Dans de rares cas, il peut donc être transmis aux partenaires sexuels.

Qu'est-ce que le virus Ebola ?

Ce virus provoque fièvre, vomissements et diarrhées intenses. 
Lors d'une épidémie, le virus se transmet entre humains par contacts directs par les "fluides corporels" d'une personne malade: sang, vomissures, matières fécales, etc.

A lire l'article "Portrait d'un virus tueur".

Après l’annonce de la fin de la transmission de la maladie, s’ouvre donc une période de surveillance renforcée de 90 jours afin de d’identifier les nouveaux cas et d'empêcher la propagation du virus. Entre mars et novembre 2015, dix nouvelles résurgences du virus Ebola sont ainsi survenues en Afrique de l’Ouest, rompant toute période de fin de transmission.

L’OMS, en collaboration avec les gouvernements des pays concernés, doit rester vigilante pour agir efficacement si de nouveaux cas se déclenchent. Depuis la réapparition du virus fin décembre 2013, Ebola a touché près dix pays, a tué 11 315 personnes et en a contaminé plus de 28 500.