Egypte : Morsi, condamné à mort... sur le papier !

Le président égyptien islamiste déchu, Mohamed Morsi, s'est présenté lundi 4 novembre pour le début de son procès. Après une audience suspendue à deux reprises, le tribunal a ajourné le procès au 8 janvier 2014. Mais il a déjà commencé dans les colonnes de la presse égyptienne.

dans
Détenu au secret depuis son limogeage manu militari le 3 juillet 2013, Mohamed Morsi est arrivé, le lundi 4 novembre au petit matin, devant le tribunal pour répondre de l'accusation d'"incitation au meurtre", un chef d'inculpation punissable de la peine capitale. Fringant, il est descendu du fourgon cellulaire avec l'air d'un homme sûr de son droit de chef de l’État. "Je suis le président élu de l’Égypte", lance-t-il à la cantonade, s'adressant ainsi, au-delà des juges, à l'opinion locale et internationale...

En fait de procès, celui du raïs déchu a déjà eu lieu sur le papier, en Une de la presse aux ordres de l'ex-nouveau-régime militaire, et au premier chef du supplément hebdomadaire du quotidien El-Ahram, le plus ancien et le plus prestigieux journal arabe. Fondé en 1876 -presque au même moment que son homologue français Le Figaro- El-Ahram Hébdo a consacré, sans vergogne, quatre Unes scandant, chacune, une étape d'un jugement sommaire menant de l'accusation : "de "5ème colonne" ; au verdict final : "peine capitale" en passant par le chef d'inculpation : "haute trahison" et le jugement : "le procès de la bande"!

Que Morsi président ait fait montre d'une piètre capacité à gouverner, que son parti, celui des Frères musulmans, ait toujours exécré le régime démocratique, rend-t-il pour autant plus légale sa destitution ou plus justifiable son lynchage médiatique?

Notre éditorialiste : Slimane Zeghidour

04.11.2013Interviewé par Mohamed Kaci.
Notre éditorialiste : Slimane Zeghidour

Diaporama des Unes sur Mohamed Morsi