Afrique

Emmanuel Macron à Alger, en terrain ami ?

Le candidat Emmanuel Macron s'était rendu dans la basilique de Notre Dame d'Afrique lors de sa visite à Alger le 14 février 2017.
Le candidat Emmanuel Macron s'était rendu dans la basilique de Notre Dame d'Afrique lors de sa visite à Alger le 14 février 2017.
AP.

Le président français, Emmanuel Macron, est attendu à Alger ce mercredi pour une "visite de travail". Le président français devrait s'adresser à la jeunesse algérienne. Retour sur les enjeux de ce déplacement présidentiel avec Abdou Semmar, journaliste algérien, rédacteur en chef d'Algérie Part.

dans
 Comment est perçu Emmanuel Macron en Algérie ? Ses propos sur les "crimes contre l'humanité" de la colonisation française avaient suscité de la sympathie dans l'opinion publique algérienne.

Emmanuel Marcon a tenu des propos courageux sur la colonisation. Les Algériens lui en sont reconnaissants en effet. Mais, contrairement à ce que l'on peut penser en France, la question mémorielle n'est pas le premier souci des Algériens dans le rapport qu'ils entretiennent avec la France. Emmanuel Macron est surtout apprécié parce qu'il est jeune. Il parle à la jeunesse. Il tient un discours positif sur la jeunesse. Il a renversé également un ordre politique ancien en France. Il a mis fin à la carrière politique d'une ancienne génération. Cette action fait penser à la réalité politique algérienne, avec son système politique verrouillé et un président âgé, à la tête de son pays depuis 18 ans.  La figure d'Emmanuel Macron incarne ce que les Algériens, et notamment les jeunes Algériens, voudraient pour leur classe politique. Elle agit comme un miroir sur les défauts de notre système politique.

Qu'attend le gouvernement algérien de cette visite? 

Les autorités algériennes ont de fait soutenu Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle notamment à travers le réseau associatif de la diasapora algérienne en France. La grande mosquée de Paris, proche du pouvoir Algérien, a ainsi apporté son soutien à Emmanuel Macron. Les autorités algériennes espéraient un rapprochement entre Paris et Alger. Emmanuel Macron s'est rendu d'abord au Maroc, le grand rivan régional (NDLR: dans le cadre d'une visite privée, invité par Mohammed VI) et non en Algérie. Le pouvoir algérien a été déçu. Emmanuel Macron n'a pas bousculé les lignes diplomatiques françaises dans la région. Paris donne le sentiment de favoriser Rabat au détriment d'Alger. Cette frustration est partagée par de nombreux Algériens qui ne comprennent pas par exemple pourquoi des grandes sociétés françaises qui sont très présentes en Algérie, comme BNP Paribas, préfèrent installer leur sieges régionaux au Maroc et non pas à Alger.

Que doit faire Macron pour dissiper ces malentendus ?

Xavier Driencourt, l'ambassadeur français à Alger, très bon connaisseur du pays et du régime algérien, a été entendu par le président français. C'est lui qui a été à l'initiative de cette visite. Le président français devrait s'adresser à la jeunesse algérienne. La sempiternelle question des visas et de la circulation entre les deux rives de la Méditerranée sera sans doute à nouveau évoquée. Le pouvoir Algérien essaie actuellement de transformer son économie. Le prix du baril de pétrole devrait rester bas. L'Algérie a besoin de diversifier son économie et elle a besoin d'investissement étrangers. Alger espère que les sociétés françaises vont pouvoir s'installer d'avantage en Algérie comme elles ont pu le faire au Maroc. Le gouvernement algérien espère enfin devenir un interlocuteur écouté par Paris sur des questions plus géopolitiques comme la situation en Libye et au Sahel.