Afrique

En Erythrée, l'humour du Awaze Tribune est la politesse du désespoir

The Awaze Tribune cible ses flèches caustiques contre le régime du président Asaias Afwerki.
The Awaze Tribune cible ses flèches caustiques contre le régime du président Asaias Afwerki.
©AP/Ariel Schalit

Comment dénoncer la dictature qui sévit en Erythrée ? En pratiquant l'humour ! Peu importe qu'il soit glaçant, décapant, noir, absurde ou sarcastique. Pour le site d'information Awaze Tribune, il s'agit avant tout de réveiller les consciences.

dans

Le ton des titres est acerbe. The Awaze Tribune emprunte à la musique du grincement. Elle provoque parfois un sourire douloureux. Exemple : "Le Président ivre appelle Poutine pour le féliciter sur la victoire de Trump".  

Les lettres du site évoquent la typographie du journal américain Herald Tribune
Les lettres du site évoquent la typographie du journal américain Herald Tribune
(capture d'écran)
Dans la rubrique "Ressources naturelles" situé dans l'onglet "10 faits que vous devez probablement connaître", on lit, un peu éberlué et mal à l'aise : "La pression géologique sur les os dans les tombes de martyrs et de dissidents devrait commencer à fournir à l'Erythrée un approvisionnement riche en combustibles fossiles à partir de 7832 après J.-C." 


​L'Erythrée manque de soldats ? Le gouvernement fait preuve d'une réjouissante  anticipation. Il vient de bâtir, selon le site, "une première banque de sperme dans la corne de l'Afrique"  Et l'article de révéler que l'établissement sera "dédié à la préservation de la race unique des Erythréens et des combattants érythréens de l'EPLF (...) et qu'il devra  "travailler avec le service d'insémination artificielle de l'hôpital national (...) pour fournir des échantillons de sperme aux mères qui veulent donner naissance à des citoyens patriotiques et héroïques sans rien laisser au hasard. "
 
Capture d'écran du site Awaze Tribune
Capture d'écran du site Awaze Tribune
Joint par RFI, l'un des responsables du site explique sa démarche : " La population est complètement sous contrôle en Erythrée. Il n'y a aucune information, à l'exception de leur propagande. Par exemple, aucun média dans le pays n'a jamais parlé de la mort du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, jusqu'à aujourd'hui, c'est incroyable. Les Erythréens, notamment ceux qui partent, n'ont jamais été exposés à l'information de masse, ils doivent apprendre à dissocier le vrai du faux. Awaze essaie de leur montrer que tout ce qu'ils lisent n'est pas vrai ".

L'Erythrée, dernier au classement mondial de la liberté de la presse

Celui ou celle qui tient ses propos le fait sous couvert d'anonymat. C'est en effet préférable. L'humour peut coûter très cher dans le pays.

Selon Reporter Sans Frontière (RSF) : "Depuis plus de vingt ans, l’Erythrée est une dictature où l’information n’a pas droit de cité. A ce jour, au moins quinze journalistes sont détenus, certains au secret. La presse, comme toute la société érythréenne, est soumise à l’arbitraire absolu du président Issayas Afeworki, prédateur de la presse. Ce dernier n’envisage aucune ouverture et a déclaré un jour : “ceux qui pensent qu’il y aura la démocratie dans ce pays, peuvent le penser dans un autre monde”. L’Erythrée occupe depuis huit ans la dernière place du classement mondial de la liberté de la presse de RSF."

En 2015, près de 154 000 migrants ont accosté dans le sud de l’Italie, la majorité en provenance de Libye. Environ un quart d’entre eux, soit quelque 40 000 personnes provenaient d’Erythrée.
Sans rire.