Face au défi alimentaire : la Mauritanie

Envoyés spéciaux de TV5monde, Ilhame Taoufiqi et Grégory Roudier décrivent la situation en Mauritanie.

Un pays essentiellement désertique où, en dépit des efforts d'aménagement ou d'implantations de nouvelles cultures, les aléas météorologiques demeurent les ultimes maîtres de la vie des populations.

dans
Envoyés spéciaux de TV5monde, Ilhame Taoufiqi et Grégory Roudier décrivent la situation en Mauritanie.

Un pays essentiellement désertique où, en dépit des efforts d'aménagement ou d'implantations de nouvelles cultures, les aléas météorologiques demeurent les ultimes maîtres de la vie des populations.


Reportages réalisés avec l'appui de l’Office d'aide humanitaire de l’Union européenne.
 

La crainte de la “soudure“

La crainte de la “soudure“
Parmi les causes de la malnutrition, la disponibilité saisonnière des aliments.

Au mois de juin, en période de "soudure", les greniers sont vides. Les bêtes ne mangent rien et ne donnent plus de lait.

Le nombre d'enfants "malnutris" s'accroit alors dramatiquement.

A Cheklet Tyab, un village en zone aride de la Mauritanie, la Croix-Rouge tient un poste de santé pour leur venir en aide.

Reportage de Ilhame Taoufiqi et Grégory Roudier; montage Robin Monjanel
© TV5monde septembre 2009


 
 

Le ciel commande

Le ciel commande

A Chekhlet Tyab, en Mauritanie, les premières pluies sont tombées après huit mois de sécheresse.

Les récoltes sont beaucoup trop maigres.

La production du pays ne couvre que 40% de ses besoins en céréales, l'insécurité alimentaire y est chronique.


Reportage de Ilhame Taoufiqi et Grégory Roudier; montage Robin Monjanel
© TV5monde septembre 2009
 
 

Le barrage qui déçoit

Le barrage qui déçoit

Il y a 20 ans, les concepteurs du barrage de Foum Gleita, pensaient qu'il permettrait d'irriguer tout le nord aride de la région du Gorgol en Mauritanie et qu'il mettrait fin à l'insécurité alimentaire du pays, censé accéder à l'autosuffisance.

Cela n'a pas été le cas, même pour ses riverains.



Reportage de Ilhame Taoufiqi et Grégory Roudier; montage Robin Monjanel
© TV5monde septembre 2009
 
 

Un trop cher riz

Un trop cher riz
Dans les années 70, les bailleurs de fonds internationaux ont convaincu les pays sahéliens de cultiver le riz qui réussissait en Asie.

La riziculture est pourtant loin d'être la culture la plus adaptée aux sols du sahel.

Coûteuse en engrais, elle l'est aussi en énergie: l'eau du fleuve doit être pompée par une machine consommatrice de gazole.

En Mauritanie, dans le bassin du fleuve Sénégal, les paysans s'endettent pour pouvoir irriguer leur parcelle de riz.

Reportage de Ilhame Taoufiqi et Grégory Roudier; montage Robin Monjanel
© TV5monde septembre 2009