Football : Ebola chamboule les qualifications de la CAN 2015

En 2013, l'équipe du Nigeria a remporté la CAN © AFP
En 2013, l'équipe du Nigeria a remporté la CAN © AFP

Alors que la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) approche à grands pas, l’organisation des matches de qualifications des équipes africaines est bouleversée par le virus Ebola. Plusieurs rencontres ont déjà été délocalisées pour des raisons de sécurité et certains pays refusent de jouer dans les zones touchées. 

dans
Le football n’est pas épargné par le virus Ebola. L’épidémie préoccupe les fédérations africaines dont les équipes doivent s’affronter, début septembre, dans le cadre des qualifications pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) prévue du 17 janvier au 8 février 2015 au Maroc. 

Le Congo réticent à jouer au Nigeria  

Tout récemment, le Congo a demandé à la Confédération Africaine de Football (CAF), la délocalisation du match contre le Nigeria prévu à Calabar, dans le sud-est du Nigeria. «Cela me semble difficile et risqué de jouer dans cette région. Le Cameroun, qui est frontalier, a d’ailleurs fermé ses frontières», a indiqué Claude Le Roy, le sélectionneur français du Congo, selon le site de L'Equipe. 
Mais le pays hôte a décidé de maintenir le match de qualification de la CAN 2015, prévu le 6 septembre prochain sous prétexte qu’il n’aurait pas été informé de la requête congolaise. De plus, le président nigérian a précisé que son pays avait déjà « gagné la bataille contre Ebola. Aucune équipe visiteuse n’a donc de raison de rester à l’écart de notre pays ». Pourtant, le Rwanda et le Lesotho, qui doivent tous deux disputer des matches au Nigeria, ont eux aussi exprimé leur inquiétude concernant la situation dans le pays. Le Nigeria est l'un des derniers pays à avoir été touché par le virus Ebola. Cinq personnes sur les 13 cas recensés sont déjà mortes de la maladie. 

La CAN 2015 se déroule au Maroc
La CAN 2015 se déroule au Maroc
Refus ivoirien d'accueillir la Sierra-Léone 

Le gouvernement ivoirien, lui, est catégorique : il refuse "formellement" que le match contre la Sierra-Leone, un des trois pays les plus touchés par l’épidémie avec la Guinée et le Liberia, se déroule à Abidjan, la capitale ivoirienne. "Nos autorités ne veulent prendre aucun risque" a affirmé un communicant de la Fédération ivoirienne de football (FIF). Pourtant, le secrétaire général de la Fédération sierra-léonaise, Chris Kamara assure que l'intégralité de l'équipe de Sierra-Léone sera composée de "joueurs évoluant à l'étranger qui ne nécessiteront pas de certificat Ebola". Les deux pays doivent s’affronter le 6 septembre prochain lors de la première journée des qualifications. Si le blocage persiste, les Elephants s'exposent à des sanctions. 

La Côte d'Ivoire n’a, pour le moment, recensé aucun cas de la maladie sur son territoire. Le pays met tout en œuvre pour se prémunir d’une éventuelle propagation du virus en Côte d’Ivoire. L’État ivoirien a même suspendu « jusqu’à nouvel ordre » l’organisation de compétitions sportives internationales dans le pays. De nombreuses initiatives citoyennes sont également prises pour lutter contre l’épidémie (voir article)

La Guinée est un pays gravement touché par Ebola © AFP
La Guinée est un pays gravement touché par Ebola © AFP
Guinée, Libéria et Sierra-Léone : trop dangereux 

Le 19 août dernier, la Fédération togolaise de football avait, de son côté, annoncé que le match contre la Guinée, gravement touchée par l’épidémie, se jouerait à Casablanca à la place de Conacky, la capitale guinéenne. "C'est triste pour nous de jouer nos matches à domicile à l'étranger", a souligné Ibrahima Blasco Barry, le secrétaire général de la Fédération guinéenne. Avant d'ajouter : "mais nous sommes obligés de nous plier aux souhaits de la CAF et de nos adversaires". 
La CAF a demandé aux fédérations guinéenne, libérienne et sierra-léonaise de délocaliser les matches de leurs équipes nationales jusqu’à la mi-septembre. Ils seront reprogrammés dans des pays neutres. Cela vise à "éviter de gros rassemblements de gens qui pourraient faciliter la diffusion du virus Ebola", a expliqué à l'AFP Junior Binyam, chargé des relations presse de la CAF. 

Mauvais départ, donc, pour la Coupe d’Afrique des Nations. Les organisateurs viennent également d’apprendre que la Libye, initialement prévue pour accueillir la CAN 2017, se désistait en raison de l'instabilité socio-politique dans le pays. Le Mali et le Ghana ont d’ores et déjà posé leurs candidatures pour être le prochain pays hôte de la compétition.