France-Gabon : une allusion provoque un malaise diplomatique

(capture d'écran)

Le Gabon a décidé de rappeler son ambassadeur à Paris après les propos de Manuel Valls dans l'émission "On n'est pas couché" sur France 2. Le Premier ministre français avait déclaré que le président Gabonais, Ali Bongo, n'avait pas été élu "comme on l’entend.

dans

La vidéo-polémique :
crise Valls Bongo
(Youtube)
L'humoriste Jérémy Ferrari, très en verve, commence avec force : "Je ne suis pas politologue, historien... Vous avez dit que la mort de ces jeunes qui préfèrent mourir que vivre. Vous avez dit qu'on était en guerre. Non, non, non! Vous, votre gouvernement est en guerre, nous on n'est pas en guerre. Nous, on se fait tirer dessus quand on va voir des concerts. [...] Vous êtes en guerre, le gouvernement est en guerre, pas nous. Moi je ne suis pas en guerre contre les musulmans. [...] Il y a des choses absurdes, comme la présence d'Ali Bongo au défilé. Comment vous expliquez qu'Ali Bongo se retrouve en tête d'une marche pour la liberté d'expression?".
" Dans cette manifestation, il y avait des chefs d'État et de gouvernement, lui répond Manuel Valls. Vous retenez Ali Bongo, moi je retiens le président de l'Autorité palestinienne, le Premier ministre israélien, et surtout un autre président élu lui, Ibrahim Boubakar Keita, le président du Mali."  "Ah, parce qu’il n’est pas élu Ali Bongo finalement ?", rebondit l'humoriste. "Non, pas comme on l’entend", conclut Manuel Valls.
 Francois Hollande et Ali Bongo, lors de la préparation de la COP21, le 10 novembre 2015 à Paris.  
 Francois Hollande et Ali Bongo, lors de la préparation de la COP21, le 10 novembre 2015 à Paris.  
(AP Photo/Francois Mori)
Inadmissible pour le Gabon qui a décidé de "rappeler son ambassadeur en France pour consultation", selon RFI. "Je rentre aujourd'hui à Libreville avec le premier avion, on va voir pour la suite", a déclaré l'ambassadeur du Gabon en France à un journaliste de France 24. Un  cadre proche de la présidence gabonaise a qualifié les propos de Valls d'"incongruité irresponsable à huit mois de la prochaine élection présidentielle au Gabon".

Le ministre de l'Intérieur gabonais, Pacôme Moubelet Boubeya, a fait part de sa "surprise" et de son "étonnement" alors que "nos deux pays entretiennent d’excellentes relations".

L'élection d'Ali Bongo, en 2009, à la présidence du Gabon reste contestée par l'opposition et sa régularité a souvent été mise en doute en France par des journalistes et des responsables politiques.
Depuis 2009, c'est la troisième fois que le Gabon rappelle son ambassadeur en France.


Reste une question. Pourquoi le Premier Ministre a accepté de participer à une telle émission, célèbre pour ses prises de position pimentées et autres clash ? "En France, on aime enfermer les gens dans une case [...] ‘‘Quoi, le Premier ministre venant dans une émission?'' Si je me mettais debout sur la chaise, que je commençais à chanter, à raconter n'importe quoi, je ne serais pas dans mon rôle. Là, nous avons parlé de choses sérieuses et nous touchons les téléspectateurs qui ne regardent pas d'autres émissions politiques."

Gabon News souligne que Manuel Valls devait se rendre en février à Libreville pour une visite d'ordre économique.
Le comité d'accueil risque d'être plutôt frais.