Haïti : qui est Jovenel Moïse, le nouveau président ?

Jovenel Moise lors d'une interview donnée à des journalistes, le 29 novembre 2016. 
Jovenel Moise lors d'une interview donnée à des journalistes, le 29 novembre 2016. 
©AP Photo/Dieu Nalio Chery

Après une annulation pour fraude en 2015 et un report fin 2016 à cause d'un ouragan, l’élection présidentielle du 20 novembre a finalement donné vainqueur un novice en politique : Jovenel Moïse. Qui est cet entrepreneur en passe de diriger le pays ? 

dans
« Je fais un appel à la jeunesse du pays, à tous les Haïtiens qui habitent à l’étranger, à tous les professionnels du pays à s’engager à mes côtés pour mettre le pays debout, car Haïti est à genoux », a déclaré Jovenel Moïse. Le président sorti vainqueur du scrutin s’est exprimé, ce lundi 28 novembre, depuis un hôtel de luxe de Port-au-Prince, après l’annonce des résultats par le Conseil électoral provisoire (CEP). 

Représentant du parti PHTK (Parti haïtien Tet kale) de l’ancien président Michel Martelly, il a remporté l’élection présidentielle au premier tour avec 55,67% des voix. 

Mais ces résultats restent préliminaires. Ils seront publiés définitivement le 29 décembre après examen des plaintes et des verdicts des tribunaux électoraux.

Les Haïtiens sauront alors si Jovenel Moïse est bien leur nouveau président après de nombreux rebondissements. Le premier scrutin en octobre 2015 avait été invalidé pour fraude, puis l'ouragan Matthew avait repoussé le vote prévu à l'origine le 9 octobre dernier.  
 
Des électeurs soutenant Maryse Narcisse, manifestent à Port-au-Prince contre l'élection de Jovenel Moïse du PHTK le 28 novembre 2016.
Des électeurs soutenant Maryse Narcisse, manifestent à Port-au-Prince contre l'élection de Jovenel Moïse du PHTK le 28 novembre 2016.
©AP Photo/Dieu Nalio Chery

Son concurrent direct, Jude Célestin du parti Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh) n’a engrangé que 19,52% des votes. Quant à Moïse Jean-Charles, il a recueilli 11,04% des suffrages et Maryse Narcisse seulement 8.99%. 

Alors que ces trois candidats contestent les résultats, plusieurs manifestations violentes ont éclaté dans la capitale Port-au-Prince. "Nous disons qu'il y a eu tricherie et on verra bien qui a triché", a déclaré à l'AFP Jude Célestin. 
 

"L'homme à la banane"

Pour l'instant, cette victoire de Jovenel Moïse signe ses premiers pas en politique. Cet entrepreneur agricole de 48 ans était encore inconnu du grand public deux ans auparavant. Avant que l'ancien président Michel Martelly - élu en 2011 - ne le choisisse comme dauphin au printemps 2015. 

Ce producteur de bananes né en 1968 à Trou du Nord (Nord est du pays) arrive à Port-au-Prince en 1974 où il poursuit ses études jusqu'à la faculté des Sciences de l’Education de l’Université Quisqueya. Depuis 1996, il dirige des plantations de bananes, avec l'aide de son épouse.
 
Jovenel Moïse lors d'une interview donnée à des journalistes après l'annonce des résultats le 29 novembre 2016, à Petion-Ville. 
Jovenel Moïse lors d'une interview donnée à des journalistes après l'annonce des résultats le 29 novembre 2016, à Petion-Ville. 
©AP Photo/Dieu Nalio Chery

En 2012, il crée l'entreprise Agritrans établie dans la première zone franche agricole du pays. Depuis sa plantation de mille hectares, il exporte principalement vers l'Allemagne. Très actif dans le secteur agricole, il développe l'agriculture biologique et favorise les exportations des produits haïtiens. 

Il a fait de son credo commercial un slogan de campagne qui est devenu son surnom : "l'homme à la banane". 

"Agritrans est néanmoins un projet vitrine très opaque qui rappelle l’opacité de la carrière de Moïse", explique Frédéric Thomas à nos confrères de Libération. Il est chercheur en sciences politiques au Centre tricontinental de Louvain-la-Neuve en Belgique.  "D’après une récente enquête, il posséderait 14 comptes bancaires et ferait l’objet de soupçons de blanchiment d’argent. Il est très probablement l’homme de paille derrière lequel se cache l’élite économique locale, et Michel Martelly."
 

Un nouvel outsider au pouvoir

Comme l'ancien "président-chanteur" de kompa, Michel Martelly, Jovenel Moïse ne vient pas du sérail politique haïtien. C'est un outsider "comme avant lui, René Préval (2006-2011), et bien sûr Jean-Bertrand Aristide (2001-2004), raconte Frédéric Thomas à Libération. Les importants moyens financiers du parti de Moïse, le PHTK, ont aussi joué un rôle dans sa victoire." En dépit d'une faible participation de 21% pour cette élection présidentielle.

S'il a remporté 55% des suffrages, il n'a donc pas acquis pour autant une grande popularité en Haïti. 
 
L'ancien président Michel Martelly après avoir voté le 20 novembre 2016. 
L'ancien président Michel Martelly après avoir voté le 20 novembre 2016. 
©AP Photo/Ricardo Arduengo

Ses projets pour le pays

Jovenel Moïse va donc faire ses premiers pas en politique. Son programme repose sur un domaine qu'il connaît bien : la relance par l'agriculture d'une économie gangrenée par l'inflation et la dépréciation de la monnaie.  

"Nous aurons besoin de mobiliser toutes les ressources du pays, comme je l'ai répété durant ma campagne : les hommes, la terre, le soleil, et les rivières pour pouvoir mettre à manger dans l'assiette du peuple, pour mettre de l'argent dans sa poche", a-t-il scandé lundi soir après l'annonce des résultats. 

Pour lui, ce n'est pas le développement de l'agriculture et son exportation qui sortira la population de la pauvreté et réduira donc sa propension à l'exil. En 2011, près de 62% de la population haïtienne vivait avec moins de 1.25 dollars par jour, selon l'UNICEF. Des milliers d'Haïtiens quittent leur pays pour la Californie, le Brésil ou le Chili. 

Le 4 octobre dernier, l'ouragan Matthew qui a tué 540 personnes et laissé en état d'urgence humanitaire plus de 800 000 Haïtiens, a aussi ravagé les cultures dans les départements du Sud. Des défis de taille pour un président sans expérience politique.