Afrique

Kémi Séba, chassé du Sénégal

Kemi Seba
Commentaire : Anaïs Furtade | TV5MONDE | Montage : Clément Taillefer

C'est parce qu'il est aux yeux de la justice sénégalaise, une “menace grave à l’ordre public”, que Kémi Séba a été expulsé de Dakar vers Paris. Bien qu'indésirable en France, l'activiste français controversé, a retrouvé le pays qu'il avait quitté depuis quelques années.

dans
Il a dû embarquer de force la nuit dernière pour atterir ce matin (NDLR: jeudi 7 septembre 2017) à Paris. Le militant Kémi Séba, 35 ans, a été expulsé du Sénégal.
Quelques instants avant, des soutiens l'attendaient devant l'aéroport de Dakar. Cette expulsion fait débat au Sénégal.

Pour justifier cette décision, le gouvernement sénégalais affirme :
"Sa présence sur le territoire national constituait une menace grave pour l'ordre public"

En cause, des propos désobligeants visant des chefs d'État et dirigeants africains et des appels à des rassemblements sur la voie publique.

Le mois dernier, lors d'une manifestation contre la Françafrique à Dakar, Stélio Capo Chichi, alias "Kémi Séba" brûle publiquement un billet de 5.000 francs CFA, équivalent à 7,60 €. Le 25 août, il est interpellé à son domicile.
 
Après cinq jours de détention préventive, le militant et un membre de son mouvement sont relaxés. Le parquet de Dakar ayant fait appel, son cas doit être rejugé. Parmi ses soutiens, la peine initialement prévue de 3 mois de prison avec sursis, indigne.

Son épouse Etuma Séba indique notamment, qu"il n'y avait pas de condamnation possible. Il n'a pas brûlé des billets. Il a brûlé un billet qui lui appartenait."

Kémi Séba, français d'origine béninoise, avait été condamné plusieurs fois en France, notamment pour incitation à la haine raciale.

En 2006, le groupuscule Tribu Ka dont il est le leader est dissout pour antisémitisme. Il reviendra avec un mouvement radical, Génération Kémi Séba, lui aussi dissout quelques années plus tard.
Le militant part finalement s'installer au Sénégal.

De retour en France, Kémi Séba entend se consacrer à son combat contre le franc CFA. Il appelle ses soutiens à des prochains rassemblements.