Afrique

Kenya: l'opposition manifeste, le pays s'enfonce dans l'incertitude

Manifs anti-pouvoir au Kenya
© TV5MONDE • STÉPHANE LEROYER / HERVÉ GARCIA | AP PHOTO • KHALIL SENOSI

La population kenyane observe deux camps s'affronter pour le pouvoir. L'opposition est de nouveau descendue dans la rue ce mercredi notamment à Nairobi au lendemain du retrait de son chef de file Raila Odinga. Il a décidé de ne pas participer à la prochaine présidentielle. Lui et ses amis pointent du doigt la commission électorale.

dans

Depuis qu'il a annoncé son retrait de la présidentielle du 26 ocotobre
les partisans de Raila Odinga, multiplient les manifestations au Kenya.

Ce mercredi ils étaient près d'un millier a protesté à Nairobi la capitale kenyane...
dans un pays où l'incertitude politique domine à nouveau.

"La semaine prochaine, nous allons venir du lundi au lundi, oui, jusqu'à ce que ces voleurs sortent du bureau. Uhuru ne se déclarera pas président ", affirme une opposante kenyane. Et d'ajouter : "Il ne s'imposera pas à nous. Nous sommes les électeurs et nous avons dit non. Le Kenya est pour nous tous, pas pour certains d'entre nous"


L'opposition kenyanne exige une réforme en profondeur de la commission électorale

Dans un communiqué ce mercredi la commission a annoncé le maintien de l'élection à la date prévue et son ouverture aux huit candidats déjà présent en août dernier. 

Pas de réformes! Pas d'élection présidentielle!
Le slogan est repris dans toutes les manifestations comme ici à Kisumu, dans l'ouest du Kenya, l'un des fiefs de l'opposition où les rassemblements ont été violemment réprimés, par la police.


Un résident de Kisumu s'empresse de témoigner : "J'essayais de me protéger derrière une maison d'hôtes où il y avait déjà plusieurs manifestants. 
Les policiers m'ont trouvé et ont commencé à me frapper avec des gourdins et me donner des coups de pieds. Ils m'accusaient de cacher des manifestants et moi je leur répondais que je ne cachais personne mais que j'allais au travail!"


À Kisumu des sources médicales font état de plusieurs blessés par balles parmi les manifestants... Plus d'une trentaine de personnes ont été tuées dans les mouvements qui ont suivi l'élection invalidée du 8 août dernier et plus de 1.000 après le fiasco électoral kenyan de 2007.