Le Sommet Afrique France vu par nos envoyés spéciaux

Les 31 mai et 1er juin 2010, la France accueillait à Nice 38 dirigeants africains pour le 25ème sommet Afrique-France, une rencontre présentée comme celle du "renouveau", même si toutes les ambiguïtés du lien franco-africain n'ont pas été levées, 50 ans après les indépendances.

Cette rencontre, sous le thème du "partenariat rénové", a aussi été marquée par des discussions passionnées sur la composition du Conseil de sécurité de l'ONU où l'Afrique réclame deux sièges permanents.

Dans les échanges commerciaux de la France, la place de l'Afrique sub-saharienne a chuté autour de 2% après les 40% affichés dans les années 60, alors que la croissance du continent africain est convoitée par les géants chinois, indien ou brésilien.

dans

Clotûre du 25ème sommet Afrique-France à Nice

Au menu : siège pour un pays africain à l'ONU, relations entre Paris et le continent noir, enjeux climatiques et économiques.

Récit d'Ilhame Taoufiqui
1er juin 2010
Clotûre du 25ème sommet Afrique-France à Nice

Premier sommet Afrique-France pour Nicolas Sarkozy

C'est la première rencontre entre le président français et les chefs d'État africains. Nicolas Sarkozy s'est finalement résolu à organiser le 25ème sommet Afrique-France malgré sa volonté de rupture.

Le commentaire d'Ilhame Taoufiqi
TV5monde - 1'57
1er juin 2010
Premier sommet Afrique-France pour Nicolas Sarkozy

Contre la Françafrique

Sans papiers, partis politiques de gauche et syndicats ont manifesté en marge du sommet des chefs d'États à Nice...

Le reportage de Jean-Luc Eyguesier
TV5Monde - 1'39
1er juin 2010
Contre la Françafrique

Une première pour le président français

Alors que Nicolas Sarkozy vient de commencer à prononcer son discours d'ouverture axé sur les questions économiques, David Delos énumère les autres grands dossiers du moment.

JT TV5Monde
31 mai 2010, 2'18

Une première pour le président français

Stephen Smith

Le journaliste, spécialiste et pourfendeur de la Françafrique (dernier ouvrage paru Voyage en Postcolonie, éd Grasset, Paris, 2010) explique pourquoi les relations entre la France et ses anciennes colonies ont profondément changé.

JT TV5Monde
31 mai 2010, 4'40
Stephen Smith

Le 25ème sommet Afrique-France se veut économique

David Delos, notre envoyé spécial en direct de Nice, quelques heures avant le début du sommet Afrique-France.

JT TV5MONDE
31 mai 2010 - 2'08
Le 25ème sommet Afrique-France se veut économique

Abdoulaye Wade : “La Chine peut vous accorder un crédit très vite ce que ne peut pas faire l'Occident“

Pour le président sénégalais, la Chine offre une réactivité commerciale que ne propose pas l'Europe, et gagne donc du terrain en Afrique.

30 mai 2010 - 56''
Abdoulaye Wade : “La Chine peut vous accorder un crédit très vite ce que ne peut pas faire l'Occident“

Une rencontre à l'aune de l'histoire

Jacob Zuma et Abdelaziz Bouteflik le 25 mai 2010 à Alger
Jacob Zuma et Abdelaziz Bouteflik le 25 mai 2010 à Alger

Ce sommet est le premier du genre pour Nicolas Sarkozy. Le président français a plusieurs fois dit sa volonté de sortir des anciens réseaux d'influence pour favoriser plus strictement les intérêts de la France, qui n'a plus vocation à être le gendarme de l'Afrique.
Tout en prenant garde à ne pas froisser les vieux amis francophones, conviés à un sommet "familial" à Paris pour les 13 et 14 juillet, le président français soignera en particulier à Nice les poids lourds anglophones du continent.
Il aura un déjeuner en tête-à-tête avec le Sud-Africain Jacob Zuma juste avant l'ouverture officielle du sommet, prévue à 14H00 locales (12H00 GMT), et un aparté mardi matin avec le Nigérian Goodluck Jonathan, qui a pris début mai les rênes du pays le plus peuplé d'Afrique. Autre présence notable, celle de l'Algérien Abdelaziz Bouteflika, qui pourrait marquer un dégel des difficiles relations entre Alger et Paris.
Coprésidé par Nicolas Sarkozy et le président égyptien Hosni Moubarak, ce sommet est pour la première fois ouvert à des acteurs non-étatiques et axé sur l'économie, avec des rencontres entre entreprises françaises et africaines.
Il s'articulera autour de trois grands huis clos entre dirigeants portant sur la "place de l'Afrique dans la gouvernance mondiale", le "renforcement de la paix et de la sécurité" et les questions de "climat et développement".
Sur la gouvernance et la question climatique, les ministres des Affaires étrangères africains et français ont eu dimanche un débat "fraternel" mais "agité", selon le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner. La discussion a été "houleuse", parfois "très dure", ont confirmé plusieurs diplomates africains.
La rencontre, destinée à harmoniser les positions avant le sommet a duré plus de six heures.
Seuls deux des 53 pays africains sont absents: le Zimbabwe, dont le président Robert Mugabe est en disgrâce internationale, et Madagascar, en pleine crise politique.
Le Soudanais Omar el-Béchir, visé par un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale, est représenté, de même que l'Ivoirien Laurent Gbagbo, qui boycotte ces rencontres depuis 2002.

AFP