Législatives au Sénégal : la majorité présidentielle revendique la victoire

Plus de 6,2 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes dans près de 14 000 bureaux de vote au Sénégal.
Plus de 6,2 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes dans près de 14 000 bureaux de vote au Sénégal.

Avant la publication des résultats officiels, la coalition réunie autour du président Macky Sall se proclame déjà grand vainqueur des élections législatives. Avec un taux de participation de 54%, le scrutin a été marqué par la désorganisation.

dans

Les résultats définitifs ne sont pas attendus avant mercredi. Mais déjà la coalition au pouvoir Benoo Book Wakar revendique une très large victoire lors de ce scrutin test en vue de la présidentielle de 2019.

La majorité présidentielle aurait « raflé tous les départements » à l'exception de trois d'entre eux, a déclaré le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, sa tête de liste. Les trois départements, sur les 45 que compte le pays, où elle serait devancée sont « Kédougou, Saraya (sud-est) et probablement Mbacké (centre) », selon lui.

Dakar disputée entre les 2 camps

 
elex senegal maud
Reportage au Sénégal au lendemain du vote

Mais à Dakar, la coalition dirigée par le maire de la capitale, Khalifa Sall - en prison depuis mars pour détournement de fonds publics présumé - revendique aussi y avoir remporté le scrutin. Notre « victoire à Dakar est sans contestation » et « aussi claire que le soleil à midi », a déclaré Cheikh Guèye, membre de la coalition d’opposition. « Nous n'accepterons pas le hold-up électoral », a-t-il ajouté.

L’autre coalition qui sort du lot est celle de l’ancien président Abdoulaye Wade, qui serait sortie vainqueur du scrutin à Mbacké.

Côté participation, le taux a été de 54%, un record pour le Sénégal.
                  

Scrutin "mal organisé"

                  
Le scrutin de dimanche s’est déroulé dans une relative confusion, marqué par de nombreuses difficultés d'organisation. Bureaux ouverts tardivement, électeurs sans cartes pour voter ou non inscrits sur les listes, bulletins manquants, sans parler des violentes pluies saisonnières. « Ce sont les élections les plus mal organisées depuis l'indépendance en 1960 » a déclaré Bamba Fall, un responsable de la coalition du maire de Dakar.

Un des enjeux de cette dernière consultation avant l'élection présidentielle de 2019 sera de mesurer les forces du camp du président Macky Sall, qui espère consolider sa majorité.

Sur les 165 sièges, 105, dont les 15 de la diaspora, seront pourvus au scrutin majoritaire, un système très favorable au parti qui terminera premier dans chaque département, puisqu'il en raflera tous les sièges. Soixante autres sièges seront pourvus à la proportionnelle.