Afrique

Libye : le maréchal Haftar annonce la libération de Benghazi

LibYe maréchal Haftar Benghazi
Commentaire : P. Achard ; Montage : F. Rassinoux

En Libye, la ville de Benghazi serait totalement libérée des groupes terroristes, selon l'annonce faite à la télévision par le maréchal Khalifa Haftar, un ancien dignitaire du régime Kadhafi devenu l'homme fort de l'Est libyen. En 2014, il avait lancé une opération appelée "Dignité" pour reprendre la ville de Benghazi, bastion de la révolution libyenne de 2011.

dans
Klaxons et cris de joie ont animé Benghazi jusqu'à la tombée de la nuit, ce 5 juillet 2017. L'euphorie, après l'annonce à la télévision de sa "libération" par le maréchal Haftar, l'homme fort de l'Est libyen.

"Nous déclarons la victoire de notre armée nationale dans cette opération "dignité" contre le terrorisme (...) Je veux notamment remercier les pays amis qui nous ont soutenus", a-t-il déclaré. L'opération "dignité" avait été lancée il y trois ans par le maréchal et son armée autoproclamée "armée nationale lybienne".

L'objectif : nettoyer Benghazi, occupée par plusieurs milices, dont certaines présumées affiliées au groupe Etat islamique. Quartier par quartier, les hommes du maréchal ont avancé, aidés notamment par des frappes aériennes de l'Egypte et des Emirats arabes unis.

Mercredi 5 juillet, finalement, les dernières zones occupées tombaient.

Mais on est encore bien loin d'une Libye libre. Le pays est, depuis la chute de Mouammar Khadafi en 2011, divisé, et en proie au chaos orchestré par différentes milices qui profitent d'un bras de fer entre deux autorités, celle de l'Est liée au maréchal Haftar, non reconnue, qui dispute le pouvoir à Faïez Sarraj, Premier ministre d'un gouvernement d'union nationale basé à l'Ouest, à Tripoli, et reconnu par la communauté internationale.

Cette victoire à Benghazi ranime aujourd'hui les craintes de ceux qui dénoncent les dérives militaristes du maréchal Haftar.