Afrique

Maroc : nouvel eldorado des pédophiles ?

Des touristes sur une place marocaine / Photo AFP
Des touristes sur une place marocaine / Photo AFP

La grâce puis l’arrestation et finalement l’annulation de la grâce du pédophile espagnol Daniel Galvan Vina  a soulevé le courroux de la population marocaine. Cette réaction populaire – nouvelle dans ce pays - révèle l’importance du phénomène au Maroc, grande destination du tourisme sexuel.

dans
Les Marocains ne décolèrent pas. L’annonce début août de l’annulation de la grâce accordée par erreur au pédophile espagnol Daniel Galvan Vina n’a fait qu’envenimer l’ire  populaire.

La mobilisation de la société civile sur ces questions d’abus sexuels qu’elles concernent des Marocains ou des étrangers, remontent à deux ans observe Béatrice Bouron, directrice de l’association marocaine d’aide à l’enfance Amane  : « On sent que la population est de plus en plus révoltée par à ces situations. Elle le manifeste et le fait savoir. » C’est le fruit du travail de sensibilisation d’associations et de collectifs. « Récemment, des artistes ont décidé d’organiser une marche blanche », souligne Béatrice Bouron. « La mobilisation fonctionne très bien aussi sur Facebook. »

S’il est rare, voire inédit, qu’un pédophile soit condamné à 30 ans de prison puis gracié, comme Daniel Galvan Vina, ce n’est pas la première fois qu’un violeur d’enfants bénéficie d’une grâce royale.

daniel Galvan Vina
daniel Galvan Vina
Ex-ministre

Ce fut le cas de Hervé Le Gloannec. Ce ressortissant français arrêté en 2005 à Marrakech en possession de 17 000 photos et 140 00 vidéos de pornographie pédophile a été condamné à quatre ans de prison. Puis sa peine a été réduite à deux ans, avant qu’il ne soit libéré par grâce royale en 2006 à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance du pays. C’est ce que révèle un câble diplomatique publié à l’époque sur Wikileaks et ressorti récemment par le site Lakome. Le cas de ce pédophile arrêté par les autorités marocaines n’est pas isolé. On lit aussi sur Wikileaks qu’un autre Français, Jacques-Henri Soumere, ancien directeur du théâtre de Mogador à Paris et aujourd’hui encore de l’opéra de Massy, en France a été arrêté en 2006 alors qu’il se trouvait avec un garçon de 16 ans. Placé deux mois en prison, il est alors accusé d’homosexualité et non de relations sexuelles avec mineur. Il sera ensuite libéré. Sa peine est bien légère comparée à celle de Daniel Galvan Vina.

Ces trois cas ne sont pas isolés dans le pays. D’autres sont régulièrement dénoncés par la presse nationale et jusque sur les plateaux de télévision en France. Lors d’une émission en 2011, l’ancien ministre de l’Education - Luc Ferry - avait accusé un ex-ministre d’avoir des relations sexuelles avec des mineurs au Maroc. « Nous savons qu’il y a du tourisme sexuel, que certaines villes sont particulièrement concernées mais on ne sera pas en mesure de donner des chiffres », regrette Béatrice Bouron. « Dans notre association, nous n’avons pas voulu nous focaliser sur les étrangers. Souvent, on fermait un peu les yeux sur ce qui se passait avec des Marocains, tout en sachant que l’inceste est assez répandu. Mais on accusait le touriste ou l’étranger qui venait abuser de nos enfants. » Ces derniers ne sont, certes, pas les auteurs de tous les abus sexuel du pays, mais ils y participent.

Place Jemaa el Fnaa /Photo AFP
Place Jemaa el Fnaa /Photo AFP
A la mode

Cette année, le Maroc enregistre une augmentation de 9% du nombre de touristes. Et tous les voyageurs de cette destination à la mode n’ont pas pour seule intention d’admirer les beautés culturelles du pays.

Les vols peu chers ont participé à rendre plus accessible cette destination et facilité l’accès aux pédophiles. « On a commencé à parler du tourisme sexuel en Asie du Sud-Est avec la Thaïlande », observe Béatrice Bouron. « Mais ces pays ont pris des dispositions et on s’est rendu compte que le tourisme sexuel s’est déplacé. On a alors vu au Maroc et dans d’autres pays se développer ce type de tourisme. »

Soi-disant touriste, businessmen, hommes politiques, ils viennent du Golfe pour beaucoup d’entre eux, pour d’autres d’Europe. Ils profitent de leur séjour ou se déplacent uniquement pour abuser de mineurs dans les villes les plus touristiques du pays.

« Quand on en parle à Marrakech, on pense systématiquement aux jeunes garçons, mais ça dépend des zones », constate Béatrice Bouron. Les hommes des pays du Golfe se déplacent plus souvent dans le sud du pays, dans la région d’Agadir, pour y chercher une femme. Tanger accueille aussi ces touristes bien particuliers.

A Marrakech, il ne fait pas bon évoquer ces abus sur mineurs remarque la directrice de l’association Amane : « Il y a cette volonté du ministère du Tourisme et des autorités de ne pas vouloir donner ou renforcer cette image – qu’elle a déjà- de lieu du tourisme sexuel. » Les associations comme la sienne rencontre des difficultés pour enquêter sur ces abus.

Manifestations au Maroc / Photo AFP
Manifestations au Maroc / Photo AFP
Dans la rue

Les victimes – en majorité mineures – sont racolées par des rabatteurs en échange d’argent. Ce miroir aux alouettes piège les enfants qui vivent dans une grande pauvreté. « Ce sont souvent des jeunes qui vivent dans la rue et qui vont mendier, être approchés par les touristes, les abuseurs », explique Béatrice Bouron.  « Toute la difficulté, pour les autorités, c’est de mettre des mesures en place, pour en parler. C’est une façon aussi de montrer que l’on reconnaît ce qui se passe et que l’on prend le problème à bras le corps », ajoute-t-elle.

Les chiffres officiels sur le tourisme sexuel ou les réseaux pédophiles restent inexistants. Dans le câble diplomatique sur Wikileaks, il apparaît que le ministère de la Justice  marocain a fourni des statistiques en 2008 selon lesquelles 1 122 cas d’agressions sexuelles sur mineurs auraient été enregistrés. Il est difficile de dire si elles reflètent la réalité.

Toujours selon le ministère, dix étrangers ont été poursuivis en 2009 pour homosexualité, incitation de mineur à la prostitution, participation à l’exploitation d’un mineur et viol violent de mineur.

Par la voix de son rapporteur spécial sur le trafic de personnes, Joy Ngozi Ezeilo, l’ONU   affirmait le 25 juin 2013 que le « Maroc fait face à un défi considérable en tant que source, lieu de transit et destination de plus en plus importante pour le trafic de personnes ».

Le rapporteur exprimait ses inquiétudes sur la viabilité des services de protection des victimes et presse l’État marocain de mettre en place une institution et une politique pour combattre efficacement le trafic d’êtres humains.

L'affaire Danielgate a mobilisé l'opinion  / Photo AFP
L'affaire Danielgate a mobilisé l'opinion / Photo AFP
Pédopornographie

Le Haut Commissariat de l’ONU aux Réfugiés (UNHCR) souligne également dans l’un de ses rapports les lacunes du Maroc en termes de statistiques sur le trafic de personnes sur son sol, ainsi que le peu de structures d’accueil pour les jeunes victimes.

Si les chiffres manquent, le Maroc tente de faire tout de même des efforts au niveau législatif. En 2003, le Maroc a renforcé son code civil pour lutter contre la pédopornographie. Mais Béatrice Bouron place davantage d’espoir dans la Convention du Conseil de l’Europe sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels, établie à Lanzarote le 25 octobre 2007. C’est le premier traité international qui s’attaque à la pédopornographie. Le texte est encore en cours de ratification par le Maroc.

Actuellement, les violeurs encourent de faibles peines de prison, entre 2 et 5 ans en général. « Mais il y a encore des avancées à faire à ce niveau-là », assure Béatrice Bouron.

Face au manque d’outils judiciaires, des associations comme Touche pas à mon enfant ou Amane mènent des actions. « Ça n’a pas été de très grande envergure », prévient Béatrice Bouron. « Mais on a commencé une action avec le groupe hôtelier Accord pour sensibiliser les réceptionnistes et les employés d’hôtels à l’identification de personnes qui montent dans leurs chambres avec de jeunes enfants », raconte Béatrice Bouron, directrice d’Amane. Les pédophiles ont vite appris à se camoufler davantage et louer une maison loin de leur chambre d’hôtel. 

Le Maroc a cependant ratifié le 25 avril 2011 une directive des Nations unies  pour supprimer et punir le trafic de personnes, particulièrement des enfants et des femmes. Si la législation ne montre pas encore de résultats dans la lutte contre les abus sexuels sur mineurs, la population y est plus sensible qu’auparavant : « On commence à avoir une prise de conscience du phénomène, car  jusqu’à présent, c’était  tabou. Mais on en parle de plus en plus. »



Danielgate : le poids de l'opinion publique marocaine

Le pédophile espagnol gracié par le roi du Maroc Mohammed VI a été arrêté lundi 5 août en fin d'après-midi en Murcie, en Espagne, après que le roi marocain est revenu sur sa décision de le gracier. Un acte royal inédit selon le politologue et professeur des universités marocain Mohamed Tozy. Il y lit la nécessité d'institutionnaliser les processus dans le Royaume. Entretien.