Afrique

Pétrole : cet oléoduc qui scelle le mariage entre l'Ouganda et la Tanzanie

oléoduc ouganda tanzanie
Commentaire : Philippe Randrianarimanana / Montage : Gaylord Longo

L'Ouganda a préféré la Tanzanie au Kenya pour le passage d'un oléoduc de 1445km en vue d'exporter ses réserves d'or noir.  Un ouvrage unique au monde qui a donné lieu à de longues négociations et certains sacrifices, selon le président tanzanien John Magufuli lors de l'inauguration des travaux avec son homologue ougandais Yoweri Museweni. 

dans

C'est une cérémonie digne d'un mariage. Les deux présidents tanzanien John Magufuli et ougandais Yoweri Museveni se sont donnés rendez-vous à leur frontière commune pour inaugurer le poste de Mutukula. C'est là que passera l'oléoduc qui scellera l'alliance entre les deux pays.

Nous sommes ici aujourd'hui au pied du projet d'oléoduc est-africain qui sera construit de l'Ouganda à la Tanzanie sur une distance de 1445 km.
John Magufuli, président tanzanien

1445 kilomètres, c'est le record du plus long oléoduc chauffé au monde, une technologie qui facilite l'écoulement du pétrole brut. L'Ouganda compte exporter ses énormes réserves découvertes en 2006, estimées à plus de 6 milliards de barils dont 1 milliard 400 millions directement exploitables.

Sur le papier, un projet colossal de 3 milliards et demi de dollars financé notamment par le français Total, le chinois CNOOC et le britannique Tullow Oil. Mais confronté à un tracé d'oléoduc concurrent qui passait par le Kenya, la Tanzanie a dû batailler ferme pour obtenir le transit sur son territoire. 


Nous, la Tanzanie, avons accepté de sacrifier des milliards de dollars, mais nous l'avons fait à cause de l'amour que nous portons à l'Ouganda. 
John Magufuli, président tanzanien

Un amour de l'Ouganda qui se traduit par des avantages importants offerts en matière fiscale et un tarif de 12 dollars par baril qui transite.

Le plus long tronçon de l'oléoduc traversera le nord de la Tanzanie en contournant le lac Victoria pour atteindre le port de Tanga, sur l'Océan indien. Mise en service prévue en 2020.