Photographie : aux sources de la culture berbère

Visa pour l'image
TV5 Monde/Pascale Achard

Ses racines comme source d'inspirations. Le photographe algérien Ferhat Bouda nous emmène sur les traces de la culture berbère. Un voyage dans un Maroc dans des villages perchés et coupés de toute technologie. A l'occasion du festival Visa pour l'image, il expose à Perpignan dans le sud-Ouest la France.

dans

 Transmettre "la richesse" de sa culture d'origine..c'est essentiellement l'objectif de Ferhat Bouda. "Pour moi c'est trés important quand on prend son appareil de commencer par soi-même, si je ne comprends pas ma culture mes traditions je ne peux pas montrer des autres cultures...", décrit le photographe.

 Le photographe algérien a  effectué une partie de son travail sur les "Berbères",  au Maroc, (où vivent la plupart d'entre eux ) , dans des villages isolés perchés dans le haut Atlas. "Je voulais repartir dans le temps chercher des endroits qui ne sont pas influencé par la technologie la globalisation et c'est là que je trouve la culture authentique".

Des familles vivant dans des grottes, ou de simples maisons de pierres, qui se nourrissent de ce que leur donnent leur terre, leur bétail...
Une vie simple, précaire : l'école est parfois loin pour les enfants scolarisés, les hopitaux difficile d'accès,  mais le regard du photographe s'attache aussi à la liberté qui anime les visages

Ils sont trés heureux aussi car ils ont une liberté ils sont chez eux c'est leur terrain" "si je défend cette culture c'est pour ne par perdre cette liberté"
les Amazighs , «hommes nobles» ou «hommes libre» chez les berbères: "une culture en résistance" pour  Ferhat Boudha

"C'est le Maroc mais pour moi tous les berbères sont "oubliés" chez eux. Ces gens ne ne savent pas que cette culture est entrain de disparaitre, ils ne savent pas que c'est grâce à eux que le berbère existe c'est pour ça qu'il faut les préserver", insiste le photographe. Une photographie de necessité insiste Ferhat Boudha qui pose aussi un doux regard sur les "femmes" , gardiennes, selon lui, d'une culture millénaire.. dont la survie réside  dans la transmission aux générations futures.