Présidentielle togolaise : le clan Eyadéma garde la main

Le marché agricole de Kpalimé, l'une des quatre grandes villes du Togo - Wikicommons
Le marché agricole de Kpalimé, l'une des quatre grandes villes du Togo - Wikicommons
dans
Faure Gnassingbé, 43 ans,a remporté l'élection avec 60,92% des voix, d'après les résultats annoncés le 7 mars par la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Le président sortant a recueilli 1 243 044 voix lors de ce scrutin à un tour, et son principal adversaire, l'opposant Jean-Pierre Fabre, 692 584 voix (33,94%), sur 2 040 546 suffrages exprimés, selon un document transmis à la presse par la Céni. Mais l'opposition crie toujours à la fraude et ne renonce pas à des recours en justice...

Pendant trente huit ans, le Togo, l'un des plus petits États africains, l'un des plus pauvres aussi (surtout agricole), a vécu sous la poigne du président Eyadéma. Depuis son indépendance en avril 1960, deux clans se partagent le pouvoir : celui de Sylvanus Olympio, premier président du Togo indépendant, et celui de Étienne Gnassingbé Eyadéma. Avec l'assassinat de Sylvanus OIlympio, le Togo eut le triste privilège d'ouvrir la longue liste de coups d'État qui allaient rythmer pendant des décennies le continent africain, émancipé des puissances coloniales après 1960.

Avec la présidence de Nicolas Sarkozy, la France s'est éloignée de cet ancien bastion de la "Françafrique".

À la mort du président Eyadéma en février 2005, son fils reprit le flambeau lors d'élections sanglantes (plus de 500 morts). Malgré tout, plus ouvert que son père, Faure Gnassingbé, a tenté de rétablir un semblant de démocratie dans son pays. Le scrutin présidentiel du 4 mars, à un seul tour, quoique reporté plusieurs fois, et malgré des arrangements électoraux pas toujours clairs, s'est déroulée, frontières fermées, mais sous l'œil de l'Union européenne.

Sommaire du dossier


Faure Gnassingbé réélu, l'opposition crie à la fraude

Le président sortant a été officiellement déclaré élu. L'opposition conteste les résultats et manifeste à Lomé.

Personnalités et projets en campagne

La bataille pour l'élection présidentielle oppose le président sortant à une opposition en désorde. Portraits et images de campagne.

Pascal Bodjona, ministre d'État de l'administration territoriale

"Si le choix du peuple est contraire à nos aspirations, nous le respecterons". Lire l'interview.

Kofi Yamgnane, un homme politique atypique

"Je ne suis pas un Français né en France et je ne suis pas non plus un parachuté au Togo". Lire l'interview.

Un pays en proie à l'instabilité

Le Togo est indépendant depuis 50 ans, un demi siècle d'une vie politique mouvementée.


Dossier préparé par Christelle Magnout - mars 2010