RDC : 900 prisonniers s'évadent d'une prison dans l'est du pays

Beni : évasion de prisonniers
©TV5MONDE / Commentaire : E. Godard - Images : Juka - Montage : G. Longo

Couvre-feu en vigueur lundi soir dans la ville et le territoire de Béni en République démocratique du Congo, 24h après la spectaculaire opération commando qui a permis la fuite de plus de 900 détenus de la prison de Kang-Wayi.

dans
Onze personnes ont été tuées et plus de 900 détenus se sont évadés dimanche 11 juin dans l'est de la République démocratique du Congo pendant l'attaque d'une prison par des "assaillants" non identifiés.

"La prison de Kangwayi de la ville de Beni a été attaquée par des assaillants dont l'identité n'est pas encore connue. Lors des échanges de tirs entre les forces de l'ordre et les assaillants, nos services ont [comptabilisé] 11 morts dont 8 éléments des forces de l'ordre", a déclaré à la presse le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku.
 
"Pour l'instant, sur 966 prisonniers, il ne reste que 30 détenus dans la prison."
Julien Paluku, gouverneur de la province du Nord-Kivu
Selon M. Paluku, un couvre feu est établi sur la ville et le territoire de Beni mais également sur la ville voisine de Butembo à partir de 18H30 locales (16H30 GMT). "Seuls les policiers et les militaires doivent être visibles à partir de cette heure", a-t-il déclaré.

Séries d'attaques depuis trois semaines

La ville et le territoire de Beni sont situés dans le nord de la province troublée du Nord-Kivu. Depuis octobre 2014, plusieurs centaines des personnes y ont été tuées dans une série de massacres attribués aux  Forces démocratiques alliées (ADF), une rébellion musulmane ougandaise.

Plusieurs dizaines des présumés ADF étaient incarcérés à la prison de Kangwayi.
L'attaque de ce pénitencier intervient au lendemain de celle ayant visé un commissariat et un parquet de Kinshasa où une policière congolaise a été tuée et quatre grièvement blessées. Et des attaques similaires se sont succédées depuis trois semaines.

Le 17 mai, la prison de Makala, la grande prison de Kinshasa, avait été attaqué et s'en était suivi une évasion massive de détenus et d'"importants dégâts matériels", selon les autorités. Le 19 mai, plusieurs dizaines de détenus s'étaient également échappés d'une prison située à 40 km au sud-ouest de Kinshasa. 

Crise politique et violences en RDC

Ces différentes attaques et évasions interviennent alors que la RDC est minée par une crise politique profonde liée au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila dont le mandat a échu le 20 décembre dernier. 

Âgé de 46 ans, M. Kabila a succédé à son père en janvier 2001. Élu président en 2006, il a été réélu en 2011, lors d'un scrutin entaché de fraudes massives. Son mandat s'est achevé en décembre et la Constitution lui interdit de se représenter, mais il se maintient à la tête du pays en vertu d'un arrêt controversé de la Cour constitutionnelle, entérinée par un accord signé le 31 décembre 2016 entre la majorité et l'opposition.

L'est de la  RDC est déchiré par des violences de groupes armés depuis plus de vingt ans.