RDC : la prison de Kinshasa attaquée, un chef rebelle évadé

telephone francine mokoko
©TV5MONDE

La prison centrale de Makala à Kinshasa a été attaquée tôt mercredi 17 mai par des miliciens d'un groupe sécessionniste politico-religieux. Leur chef, Ne Muanda Nsemi, ainsi qu'une cinquantaine de personnes ont réussi à s'évader, selon le gouvernement congolais.

 

dans
"Les adeptes de Bundu Dia Kongo ont attaqué dès l'aube la prison de Makala, faisant évader une cinquantaine de prisonniers dont leur gourou, Ne Muanda Nsemi. La police poursuit les assaillants", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende.

Ne Muanda Nsemi en cavale

Député, Ne Muanda Nsemi est le chef d'un mouvement politico-religieux prônant une scission du Kongo-Central (province de l'Ouest de la RDC) et accusé d'avoir mené une série d'attaques meurtrières contre des symboles de l'État depuis la fin de l'année 2016.

 

Il avait été arrêté début mars après deux semaines de siège de sa résidence à Kinshasa.
Dans la matinée, une épaisse colonne de fumée noire s'élevait de la prison de Makala, dans le centre de la capitale de la République démocratique du Congo. L'accès au pénitencier était interdit par un imposant cordon de dizaines de policiers et militaires.
 

Selon une riveraine, l'attaque de la prison a commencé "vers cinq heures du matin" et il y a eu des "échanges de coups de feu nourris".

Un détenu en cavale a affirmé à l'AFP être parvenu à s'enfuir à la faveur de violents combats ayant opposé les assaillants aux gardes de la prison en ce jour férié commémorant la chute, il y a vingt ans cette année, du dictateur Mobutu Sese Seko et l'avènement du chef rebelle Laurent-Désiré Kabila, père de l'actuel président Joseph Kabila.