Afrique

RDC : la veuve de l'opposant Tshisekedi lance un appel sur TV5MONDE

Veuve Tshisekedi
©Interview par Mohamed Kaci /TV5MONDE

La dépouille d'Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février dernier en Belgique, n'a toujours pas été transférée en République démocratique du Congo. Son rapatriement se trouve au coeur d'enjeux politiques. La veuve de l'opposant congolais, Marthe Tshisekedi, lance un appel aux premières dames du monde pour que son défunt mari soit enterré. Elle est l'invitée de TV5MONDE ce jeudi 27 juillet. 

dans

Triste feuilleton à rebondissements. Cela fait plus de cinq mois qu'Etienne Tshisekedi est décédé d'une embolie pulmonaire en Belgique. Et pourtant, sa veuve, Marthe Tshisekedi se bat toujours pour que son époux soit inhumé dans leur pays, en République démocratique du Congo (voir dans l'interview ci-dessus) : "Je ne suis pas en colère mais il faut comprendre ma douleur."

Sur le plateau de TV5MONDE, ce jeudi 27 juillet, elle déclare : "Je lance un appel à tous les présidents du monde et les premières dames pour qu'ils entendent mes soucis et pour leur faire comprendre ma douleur.

L'organisation des obsèques d'Etienne Tshisekedi a fait l'objet d'une polémique à Kinshasa bloquant le retour de sa dépouille au pays. 

Après son décès le 1er février, à 84 ans, la Belgique avait mis à disposition de la famille un espace de 4 500 m2 pour organiser une cérémonie de funérailles. Une messe avait également été célébrée dans la plus grande église du pays, la basilique du Sacré-Cœur de Koekelberg. Le gouvernement belge a même proposé de mettre un avion à disposition pour rapatrier le corps. 


Qu'en est-il de son inhumation en République démocratique du Congo ? En février dernier, les autorités de la ville de Kinshasa proposent un carré de 500m² aménagé spécialement au sein du cimetière de la Gombe. Mais ce choix ne fait pas l'unanimité au sein de ses partisans de l'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS) qui veulent le voir inhumer au siège de son parti à Limete. 

Polémiques politiques

Ces désaccords autour de l'inhumation d'Etienne Tshisekedi ont rapidement revêtu une dimension politique. Son parti a conditionné le retour de son cercueil avec l'application d'une clause de l'accord de la Saint-Sylvestre sur la cogestion du pays. Il a été signé le 31 décembre, quelques semaines avant son décès, entre l'opposition et le pouvoir. 

Cet accord doit aider la RDC à sortir de la crise politique engendrée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila dont le mandat a échu le 20 décembre 2016. L'accord de la Saint-Sylvestre doit aussi organiser une nouvelle élection présidentielle et assurer la nomination d'un nouveau Premier ministre issu de la coalition de l'opposition congolaise menée par le défunt Tshisekedi. 

Ce "Rassemblement" est aujourd'hui présidé par son fils, Félix Tshisekedi, invité de TV5MONDE le 17 juin 2017 : 
 

Félix Tshisekedi, fils de son père
Né en 1963, Félix Tshisekedi a toujours baigné dans la politique et il a toujours vécu à l’ombre de son père, opposant charismatique et historique au régime Kabila. Lorsque le patriarche meurt en février 2017, il doit prendre les rênes d’un jeune mouvement, réussir le difficile objectif qu’il s’est fixé et porter un lourd héritage. 

> Félix Tshisekedi à TV5MONDE : "On ne donnera pas un jour de plus à Joseph Kabila en 2018".

L'UDPS finit par rappeler que c'est à la famille de choisir. Un accord est trouvé pour enterrer Etienne Tshisekedi dans un domaine familial. Mais le gouvernement de la RDC n'a pas voulu signer un accord pour qu'Etienne Tshisekedi soit enterré dans son pays, explique sa veuve sur TV5MONDE :

Un rapatriement reporté

Entre temps, le parti avait demandé aussi qu'un mausolée soit édifié à la charge du gouvernement. Rebondissement, rocambolesque cette fois, l'arrestation en mai dernier de l'architecte belge en charge de la réalisation de ce monument. La police reprochait à Bruno Michaux d'avoir entrepris des travaux de construction au siège de l'UDPS sans autorisation. Il a finalement été relâché. 

Prévu le 12 mai dernier, le rapatriement de la dépouille de Tshisekedi a été reporté car l'UDPS devait en rediscuter les modalités avec le gouvernement. Impossible, pour la famille, de savoir aujourd'hui quand leur défunt sera enterré en RDC. Une commission mixte gouvernement-famille a été créée début juin. Marthe Tshisekedi en appelle donc aux présidents et premières dames du monde entier pour qu'une solution soit trouvée. Le corps de son époux repose toujours au funérarium d'Ixelles en Belgique.