Afrique

RDC : polémique autour du député congolais Clément Kanku

RDC Kanku
© TV5MONDE

En RDC, le parquet ouvre une enquête sur l'implication présumé du député Clément Kanku dans les violences survenues dans le Kasaï. Il s'exprime pour la première fois depuis la diffusion de l'enregistrement sonore par le journal américain The New York Times le mettant en cause.

dans

L'affaire fait beaucoup de bruit en RDC. Dans l'enregistrement audio qui fait le tour des réseaux sociaux, il s'agirait des voix du député congolais Clément Kanku et d'un milicien présumé des Kamuina Nsapu. Ce dernier raconte les violences auxquelles il vient de se livrer. Puis, il parle du meurtre d'un officier et d'une attaque à venir. 

C'est le New York Times qui a révélé, ce dimanche 21 mai, cet enregistrement. Il a été retrouvé dans l'ordinateur de l'experte de l'ONU Zaïda Catalan qui a été tuée avec son collègue Michael Sharp, en mars dernier. Ils recherchaient des informations sur plus d'une quarantaine de fosses communes découvertes au Kasaï. Aujourd'hui, deux miliciens sont accusés des meurtres de ces deux experts.  

Le parquet ouvre une enquête

L'enregistrement - connu des autorités congolaises - daterait du 8 août 2016 donc avant la mort du chef traditionnel Kamuina Nsapu et avant les massacres de grande ampleur qui ont suivi impliquant des miliciens, des soldats et des policiers. Ces violences ont fait plusieurs centaines de morts et ont entraîné le déplacement de 1.27 million de personnes. 

Si ce document est véridique, il met en évidence l'implication de Clément Kanku dans les tueries dans le Kasaï.

"La nature et les circonstances de cette conversation ne peuvent aucunement laisser indifférent" le parquet, a indiqué Flory Kabange Numbi, procureur général de la République, au cours d'une conférence de presse. Le parquet a, ainsi, ouvert une enquête "pour en savoir un peu plus". Mais il a ajouté : "il n'est nullement question de chercher à obtenir la levée des immunités".