Afrique

Rendez-vous au Rwanda: épisode 6

dans

EPISODE 6: Le handicap


S’il est bien des délaissés dans la société, ce sont les handicapés. Quelle place leur accordez ? la même que pour les valides, vous répondra Léoncie.

Claude va tous les jours à l’école à côté de chez lui, Antoinette gère un cybercafé, ils ont trouvé un épanouissement en côtoyant le monde qui les entoure. Surtout ne pas les laisser enfermés et s’enfermer… voilà la motivation de Léoncie Mukamwesi, la directrice du centre de la Miséricorde. Au Rwanda, les handicapés ont trouvé des sauveurs.

Reportage: Sophie Roussi et Eric Black
Montage: Stéphane Huonnic
Mars 2010
EPISODE 6: Le handicap

LES PERSONNAGES


Claude

Claude 12 ans souffre d’une insuffisance moteur cérébrale. Après une rééducation fonctionnelle très longue dans le centre spécialisé de la Miséricorde, il a suivi une classe d’adaptation. Puis Léoncie a pensé qu’il fallait lui donner sa chance dans une école ordinaire.
Claude est inscrit à l’école primaire de Kabgayi en 2ème année. Claude est soutenu aussi par Handicap International dans le cadre de son programme d’intégration socio-éducative.
Claude a quand même de la chance, il vit avec sa famille non loin de l’école.


Léoncie MUKAMWESI

Léoncie est la mère, la nounou, la confidente, le point de repères… de 240 enfants handicapés. Tous dans cette grande famille sont nourris, logés et éduqués au centre de la Miséricorde au cœur de la ville de Gitarama. Léoncie était kinésithérapeute à l’hôpital de Kabgayi et soignait les handicapés, les victimes du génocide aussi. Puis elle a décidé en 2000 de fonder ce centre pour que ces enfants handicapés ne soient plus des victimes mais des personnes à part entière.


    Silas NGAYABOSHYA

    Silas est chef du projet « éducation inclusive » pour l’ONG Handicap International. Il travaille à la réinsertion des handicapés dans les écoles, les centres d’apprentissage ou dans la vie professionnelle.
    Handicap International soutient, entre autres, au Rwanda le centre de la Miséricorde, mais a été présent dans le pays dès 1994 au lendemain du génocide.
    L’ONG est co-prix Nobel de la Paix.

    Antoinette

    Antoinette n’a jamais eu la vie facile mais sa rencontre avec Léoncie et le centre de la Miséricorde lui a ouvert des perspectives. Certes elle souffre de la polio mais cela ne l’empêche pas d’être volontaire et intelligente. Dans le cybercafé du centre elle a trouvé un épanouissement au contact des clients, elle s’ouvre vers le monde même lointain. Bref elle vit comme une jeune fille de son âge assumant maintenant le regard des autres.