Afrique

Sangaris : en Centrafrique, l'impossible justice pour les victimes de viols

Justine Brabant a enquêté sur les accusations contre Sangaris en RCA

La journaliste Justine Brabant co-signe l'ouvrage "Impunité zéro", une enquête sur les agissements des troupes onusiennes. Elle a particulièrement travaillé sur les accusations d'agressions sexuelles et de viols, accusations à l'encontre des soldats de l'opération Sangaris en Centrafrique.

dans

Ses soldats accusés de viols et d'agressions sexuelles en Centrafrique : tout porte à croire que la France a tout fait pour que cela ne se sache pas. La journaliste Justine Brabant en est convaincue. Les faits remontent à 2014 et ils sont extrêmement graves : "on parle d'enfants de 7 à 13 ans au camp Mpoko à Bangui", précise la journaliste qui évoque une quarantaine de témoignages contre des soldats français de l'opération Sangaris.

On a voulu comprendre comment on passait de 40 témoignages, 40 accusations, à zéro procès.Justine Brabant

Pour Justine Brabant, ce qui ressort à la lecture des dossiers, c'est que les victimes se sont retrouvées dans une posture d'accusées. Dans ces conditions, il y a peu de chances que la justice n'aboutisse.
Au moment des faits, le Ministre de la défense avait pourtant promis qu'il y aurait des sanctions. Il n'y en a pas eu.

L'ONU tout aussi passive

Du côté des Nations-unies, il existe des dispositifs mais là encore tout est fait pour éviter que la justice ne fasse son travail. Selon Justine Brabant, "on dit aux enquêteurs trop zélés de lever le pied pour ne pas se mettre en difficulté avec les pays contributeurs de troupes". Quant aux lanceurs d'alerte, "on les raccompagne vers la porte de manière plus ou moins diplomatique..."

L'ouvrage "Impunité zéro" est publié par les éditions Autrement.