Afrique

Sommet Afrique-France : paroles de présidents africains

Nos envoyés spéciaux pour le 25ème Sommet Afrique-France à Nice y ont rencontré trois dirigeants africains : Amani Toumani Touré président du Mali, Blaise Compaoré président du Burkina Faso et Idriss Déby Itno, président du Tchad.

Tous trois sont des figures de ce que l'on appelait autrefois "le pré carré francophone". Tous trois veulent une meilleure représentation de l'Afrique au niveau des instances internationales. Tous trois sont anciens dans le "métier" de président : Compaoré est arrivé au pouvoir en 1987, Déby en 1990 et Amani Toumani Touré a assuré une transition en 1991-92, avant de devenir président en 2002.

dans

Amani Toumani Touré : “Tout ce qui se réalisera sur le continent africain dépendra avant tout de nous-même“

Quel est votre sentiment sur ce 25ème Sommet Afrique-France ?

Les sommets se ressemblent, je vois les mêmes pays mais l'organisation des travaux a changé. Nous avons pris des thèmes du moment comme la place de l'Afrique dans la gouvernance mondiale, la sécurité et les changements climatiques. Ces thèmes ont permis d'avoir une large discussion. Je suis parti avec le sentiment d'avoir appris quelque chose...

Cependant quelque soit la bonne volonté de la France et des autres - nous le savions avant de venir en France- tout ce qui se réalisera sur le continent africain dépendra avant tout de nous-même.



Blaise Compaoré : “Nous voulons des membres permanents au Conseil de sécurité de l'ONU avec droit de veto“

Quel est votre sentiment sur ce 25ème Sommet Afrique-France ?

Nous en sommes au 25ème sommet ce qui est un indicateur de la qualité de ce partenariat. Nous avons abordé des questions qui touchent à notre volonté de changer l'Afrique, nos relations avec la France mais aussi d'inscrire la responsabilité africaine dans la gestion des affaires du monde.

Nous avons beaucoup apprécié les thèmes choisis. L' Afrique et la France ont en partage des intérêts économiques et humains évidents. Cela permet de discuter franchement sur des sujets auparavant tabous comme la question de la démocratie. L' Afrique est aujourd'hui pleinement engagé sur cette voie. Et également les partenariats nécessaires entre les entreprises françaises et le secteur privé africain.


Idriss Déby Itno : “Nous voulons être présents partout et nous allons nous battre pour ça“

Quel est votre sentiment sur ce 25ème Sommet Afrique-France ?

Depuis 20 ans j'ai assisté à tous les sommets France Afrique sauf un seul. Celui-ci diffère dans le fond comme dans la forme. Le Président Sarkozy a invité tous les chefs d'Etat africains, pas seulement les francophones. Il n'y a pas eu de sélection.
Le deuxième aspect est que nous avons parlé franchement sur des questions qui préoccupent l'Afrique et chacun a dit franchement ce qu'il pense.