Afrique

Soudan du Sud : la guerre se déplace à Bor

Des Soudanais cherchent à s'abriter auprès de la base de l'ONU à Juba
Des Soudanais cherchent à s'abriter auprès de la base de l'ONU à Juba
Tony Karumba AFP

Dans le Soudan du Sud, le plus jeune État du monde, les conflits menacent désormais de s'étendre à l'ensemble du pays et peuvent  dégénérer en guerre civile. Les combats ont déjà fait plus de 500 morts. Sur fond de rivalités politiques et ethniques, quels sont les enjeux de cette explosion de violence ? Décryptage en quatre questions.  

dans
Septième jour de combats au Soudan du Sud, et les violences se déplacent maintenant vers Bor, une ville à 200 km  au nord de Juba, la capitale de ce jeune État né en 2011.
Cette ville est contrôlée depuis jeudi par les partisans rebelles de Riek Machar, ancien Vice Président entré en dissidence. Depuis le 15 décembre, la rivalité a tourné au combat armé, en particulier dans Juba.
Depuis ce samedi  l’armée nationale, ou du moins sa composante fidèle au président Salva Kiir, fait route vers Bor, qui se trouve être la capitale de l’État de Jonglei. Le Soudan du Sud est un État fédéral.
Les affrontements ont déjà pris un tour spectaculaire quand un appareil aérien américain  (avion ou hélicoptère ?) a été touché par des tirs alors qu’il tentait de se poser dans le but d’évacuer des citoyens américains. Le Pentagone a indiqué que quatre soldats ont été blessés et sont maintenant soignés à Nairobi.
L’implication de pays étrangers est de plus en plus importante : l’armée ougandaise a envoyé des troupes à Juba, officiellement pour évacuer des ressortissants ougandais installés dans la ville, mais des rumeurs font état d’un soutien actif à l’armée nationale.  
Désormais c’est le Kenya  qui annonce l’envoi de troupes pour aussi évacuer la communauté kenyane très présente. Des opérations devraient avoir lieu à Bor, Rumbek, Ayod et Panyabol.
Dans ce contexte guerrier, les initiatives diplomatiques semblent avoir du mal à prendre. Cinq Etats voisins ont envoyés une délégation conduite par Tedros Adhanom , ministre éthiopien des Affaires Etrangères. Washington a annoncé l’envoi de Donald Booth, son envoyé spécial dans la région. Aucun résultat concret n’a encore été enregistré. Toutefois, le gouvernement du Soudan du Sud se déclare prêt à discuter avec Riek Machar « sans condition »…
L’Onu a recensé 14 lieux du pays où ont été rapportés des combats ou des tensions importantes et la population cherche massivement refuge auprès de ses bases : 35 000 personnes y sont recensés dont 20 000 à Juba, même si les combats y ont cessé. Signe que les habitants de la ville ne croient pas à une paix immédiate, ils se pressaient samedi à la gare routière pour tenter de fuir la capitale. 

19.12.2013Par Frantz Vaillant
Des civils réunis devant les locaux de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (MINUSS), à Bor, le 18 décembre 2013. (Rolla Hinedi. AFP)
Des civils réunis devant les locaux de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (MINUSS), à Bor, le 18 décembre 2013. (Rolla Hinedi. AFP)
1/ Les raisons de cette violence

Elle embrase deux zones, Juba, la capitale du Soudan du Sud et la province de Jonglei, la partie orientale du pays.
Deux hommes se renvoient la responsabilité  de ce bain de sang : le président Salva Kiir  et l’ancien vice-président Riek Machar, limogé en juillet dernier. Le premier  accuse le second d’être à l’origine des combats ,  suite à une tentative de coup d’État avec des soldats qui lui sont restés fidèles.
Ce que nie farouchement Riek Machar, actuellement en fuite avec quatre autres figures politiques sud-soudanaises. L’ancien vice-président  affirme que  cette violence relève d’ une volonté du chef de l’État lui-même, prompt à se débarrasser de tous ceux qui contesteraient  son autorité. Pour preuve, il avance que son limogeage coïncide avec son intention de se présenter à la présidentielle de 2015.

L'ancien vice-président sud-soudanais, Riek Machar et le président en poste, Salva Kiir (DR)
L'ancien vice-président sud-soudanais, Riek Machar et le président en poste, Salva Kiir (DR)
2/ Les acteurs de cette violence

Chef des ex-rebelles sudistes du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), Salva Kiir est un Dinka, l'ethnie majoritaire. Il est devenu le 9 juillet 2011 le premier président élu du nouveau Sud-Soudan. Une souveraineté acquise au prix d’une guerre  sans répit contre les troupes d'Omar El-Béchir, président du Soudan qui n’a jamais vraiment accepté de perdre de facto le contrôle et l'exploitation de la manne pétrolière de cette région du sud.
Riek Machar, issu d’une branche du peuple Nuer, est un intellectuel, ingénieur de formation et diplômé de l’université britannique de Bradford. Il rejoint les troupes de l’Armée populaire de Libération du Soudan (SPLA) au début des années 80 et tentera, en 1991,  un putsch contre John Garang, son chef historique, qui disparaitra plus tard dans un accident d’hélicoptère. A l’occasion du 6ème anniversaire de la mort de John Garang, Riek Machar fondra en larmes et reconnaitra sa responsabilité dans le massacre de la tribu Dinka où l’on estime que 2 000 civils ont été abattus à Bor. Sa haute fonction dans l’appareil d’État en qualité de vice-ministre a toujours été perçu comme stratégique : il est de l’ethnie Nuer, la seconde du pays, alors que l’ethnie Dinka, à l’instar de son président, est majoritaire. 

Des soldats au Soudan du Sud devant une réserve de pétrole en novembre 2010 / AFP - Roberto Schmidt
Des soldats au Soudan du Sud devant une réserve de pétrole en novembre 2010 / AFP - Roberto Schmidt
3/ Les enjeux de ce conflit

Depuis le 14 juillet 2011, la République du Soudan du Sud est officiellement le 193e État membre de l'ONU et le 54ème pays membre de l'Union africaine. Le pétrole du pays est à la fois sa richesse et son drame. Le Soudan du Sud, 10 millions d’habitants,  dispose en effet d’importantes réserves de pétrole. La production est estimée à 245.000 barils par jour. Des analystes tablent que l’économie dans le pays pourrait croître de 70 % en un an. Reste que cette manne n’est pas éternelle : selon les spécialistes, les réserves d’or noir pourraient être épuisées dans dix ans.
Les richesses du pays profitent avant tout aux investisseurs étrangers : parmi les plus prospères, on trouve une entreprise chinoise, National Petroleum, un brasseur sud-africain et le premier opérateur de téléphonie mobile est la propriété d'un Libanais.
Au sein du pouvoir, peu résistent à la tentation. Le président Salva Kiir,  en 2012, n’hésitera pas à écrire à 75 ( !) de ses ministres pour leur demander de restituer 4 milliards de dollars ! En attendant, faut-il le préciser, le peuple ne voit pas la couleur de cet argent. Selon un récent rapport de la Banque Mondiale, près 50,6 % des citoyens sud-soudanais vivraient sous le seuil de pauvreté.

Soldats de l'ONU dans le Soudan du Sud (DR)
Soldats de l'ONU dans le Soudan du Sud (DR)
4/ Les conséquences sur la population

Près de 20 000 personnes se sont réfugiées sur les bases de l'ONU tout autour de Juba, la capitale,  depuis le début des combats dimanche soir. "Il est crucial que l’actuelle violence ne prenne pas des dimensions ethniques", a averti la Mission de l’ONU au Soudan du Sud (Minuss), exhortant "tous les citoyens et les dirigeants à se garder de tout acte incendiaire ou violence contre des communautés en particulier". Mais des sources humanitaires font  état de violences de militaires ciblant d’ores et déjà la communauté Nuer à Juba. La Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay s'est dite "profondément inquiète pour la sécurité des civils pris entre deux feux". Et elle ne mâche pas ses mots sur les dérapages possibles : "le risque que les combats prennent une dimension ethnique est extrêmement élevé et pourrait conduire à une situation dangereuse. Nous avons reçu des informations faisant état de civils tués en raison de leur appartenance ethnique."
Rien ne semble pouvoir endiguer la propagation des violences. Signe inquiétant et lourd de sens : Washington a annoncé l'évacuation de ses diplomates “non essentiels” et à cette heure, aucun des belligérants ne souhaitent revenir à la table des négociations.
 

Le Soudan du Sud

(carte en anglais)