Afrique

Tunisie : nouveau gouvernement, et après ?

Le 3 août 2016, Youssef Chahed, économiste libéral de 41 ans, a été chargé par le chef de l'État de former un nouveau gouvernement. Tour d'horizon politique de la Tunisie, cinq ans et demi après la révolution, avec Riadh Sidaoui, le directeur du  Centre arabe de recherches et d'analyses politiques et sociales (Caraps).

dans
La nomination de Youssef Chahed est-elle une bonne nouvelle pour la Tunisie ? Oui, répond Riadh Sidaoui, car il est jeune, alors que la révolution de 2011 était une révolution de jeunes. Il souligne par ailleurs que ce nouveau gouvernement devrait compter beaucoup de jeunes et de femmes.
 
Pour lui, le principal défi de ce nouveau gouvernement sera de répondre aux problèmes économiques que rencontre le pays. Il souhaiterait « la démocratie sociale pour la Tunisie, et non la démocratie néo-libérale à l'américaine. Parce qu'en Tunisie, il n'y a pas d'État providence. Ce qui veut dire que les problèmes sociaux et économiques vont persister, les gens de l'intérieur vont continuer à se révolter et à poser la question : "Mais alors, pourquoi on a fait une révolution ?". Il y avait alors comme slogan : "travail, liberté, dignité nationale"... Il est vrai qu'il y a la démocratie aujourd'hui en Tunisie, la liberté d'expression, mais dans un système néo-libéral à l'américaine. »

Ces problèmes sociaux débouchent selon lui sur une redistribution de l'échiquier politique, avec un récent clivage entre gauche et droite, et non plus entre laïcs et islamistes comme cela était le cas lors des élections de 2014. Pour rappel, c'est une coalition entre ces ennemis d'hier qui est aujourd'hui au pouvoir. Par ailleurs, il soulève la question de l'évolution du parti Ennahda, dont les dirigeants - qui ont récemment annoncé vouloir sortir de l'islam politique - ne sont pas forcément en accord avec sa base, plus radicale.

Il note que la lutte anti-terrotiste, elle, offre pour l'instant des résultats probants. Elle s'appuierait notamment sur des anciens officiers de police en place avant la révolution.