Afrique

Vidéo - "Afrotopia" : à Bamako, la biennale de la photo regarde vers l'avenir

Biennale de Bamako
Reportage : Kaourou Magassa, récit : Laurie Fachaux, montage : Anthony Krizic

Au Mali, véritable lieu de découvertes, d'échanges et de visibilité, les "Rencontres de Bamako", ou biennale de la photographie sont une plateforme incontournable pour la révélation des photographes africains. La 11ème édition se tourne résolument vers l'avenir.

dans

"Afrotopia" , c'est le thème des 11ème rencontres photographiques de Bamako. Une invitation à l'"afrofuturisme" : regarder en avant et poser les bases des ressorts de l'avenir. "C'est important de donner cette image d'une Afrique qui se bat et essaie de construire son avenir, explique Samuel Sidibé, le Délégué général des rencontres photographiques de Bamako. C'est le rôle des intellectuels de montrer la voie, d'inciter les gens à réfléchir à ça".

L'afro-pessimisme ne nous apporte pas grand-chose. Il nous a conduit à la soumission. Je pense qu'il faut oser aujourd'hui poser les vrais problèmes et réfléchir, en fonction de nos potentialités, aux solutions que l'on peut apporter aux problèmes de l'Afrique.

Samuel Sidibé, Délégué général des rencontres photographiques de Bamako

L'identité africaine, source d'inspiration de plusieurs des 40 artistes selectionnés pour l'exposition panafricaine, comme par exemple avec une série de Hélène Jayet, francaise d'origine malienne, qui sublime les coiffures afro.
L'identité africaine, source d'inspiration de plusieurs des 40 artistes selectionnés pour l'exposition panafricaine, comme par exemple avec une série de Hélène Jayet, francaise d'origine malienne, qui sublime les coiffures afro.
©Kaourou Magassa / TV5MONDE

Identité noire, identité complexe

La fierté africaine, la complexité des identités, autant de thèmes chers a Julien Creuzet, un artiste francais, afro-caribéen, qui s'interroge sur l'héritage de l'époque coloniale dans ses videos. Il est le lauréat du prix de la francophonie décerné par différentes organisations, dont l'Institut francais. "J'ai voulu rendre compte de comment une identité noire peut être une identité complexe, explique Julien Creuzet, surtout quand on est issu de cultures esclavagistes, de la colonisation. J'ai grandi en Martinique, du coup comment cet héritage existe, comment il se montre au travers d'individus, au travers d'une culture". 

Le site des Rencontres de Bamako

Ces photographies, vidéos et archives sonores sont à voir et à écouter jusqu'au 31 janvier 2018.