Afrique

Vidéo - le Sénégal perd son français au profit du wolof

Senegal le francais disparait au profit du Wolof
Récit : A. Fonteneau, montage : E. Banceline
©TV5MONDE

Au Sénégal, la langue wolof a pris le pouvoir. Le premier dialecte du pays efface peu à peu la présence du français. Alors que le pays a été le berceau de la francophonie, seulement un sénégalais sur trois parle aujourd'hui la langue de Molière. Dans la rue, dans les écoles, dans les médias, on parle wolof. Le gouvernement tente d'inverser la tendance.  

dans

Avoir eu un président de la République membre de l'Académie française ne suffit pas : seul un Sénégalais sur trois parle aujourd’hui le français.
Cette tendance se retrouve surtout chez les jeunes, qui utilisent le wolof sans complexe, une façon de montrer leur ancrage culturel. Aujourd’hui, parler français, c’est devenu un peu snob et trop académique. A Dakar désormais, c’est bien le wolof qui est le plus parlé, devant les cinq autres langues nationales.
Dans les médias par exemple, toutes les émissions à succès sont faites en wolof. A l’école, le niveau d’apprentissage du français baisse chaque année. Les enseignants préfèrent parler en wolof.

Proximité

Ibrahima a 41 ans. Il est chauffeur de taxi depuis 2006. Chaque jour, il arpente les rues de Dakar. Sa radio est constamment branchée, il n’écoute que des émissions en wolof.

Avec les émissions en wolof, on passe beaucoup plus de temps à écouter la radio. On comprend mieux que les émissions précédentes. Le wolof, c'est ma langue que je parle en ville facilement.

Ibrahima Lo, chauffeur de taxi dakarois

Les programmes dans sa langue, ça lui a changé la vie. Plus besoin de se concentrer pour comprendre le sens en français, il peut écouter d’une oreille distraite, continuer la conversation avec ses clients. Car le wolof c’est sa langue naturelle, sa culture, celle qu’il parle spontanément. Chaque matin, il écoute la revue de presse en wolof la plus écoutée des ondes sénégalaises, celle d’Ahmed Aïdara, sur Zik FM.

Dans les locaux de Zik FM, radio très populaire dont les émissions phares sont en wolof, la revue de presse en wolof d’Ahmed Aïdara pulvérise chaque matin les audiences. L’animateur très populaire est connu pour son franc-parler et son tempérament bien trempé. Avec l’utilisation de la langue wolof, il joue sur la proximité et le rapport direct avec les auditeurs. Pour lui, parler wolof dans les médias, c’est une évidence, car 99% de la population la comprend. C’est une langue plus accessible et plus facile à manier. Ce basculement des médias vers le wolof s’est opéré dans les années 90, avec le lancement de la première radio privée au Sénégal. Cette transition s’est opérée pour permettre de rendre l’information plus accessible à une population majoritairement analphabète. 20 ans après, le défi est relevé, toutes les grandes rubriques des principales radios et télévisions sénégalaises sont en wolof.

Inverser la tendance


Mais depuis le début des années 2000, le Sénégal tente tout de même d’inverser la tendance, avec des programmes d’enseignement en langue bilingue. En partenariat avec l’organisation de la Francophonie, 60 classes à travers le pays misent désormais sur la valorisation des langues nationales pour mieux apprendre le français. Dans le village de Mbissao, à une centaine de kilomètres de Dakar, le ministère de l’Education, en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), a mis en place des programmes d’apprentissage bilingues dans les écoles primaires. Une façon de réinventer l’enseignement du français au Sénégal, de valoriser les langues nationales pour mieux enseigner le français.

Car le recul du français est aussi allé de pair avec l’augmentation des taux de décrochage scolaire au primaire. Dans ces classes d’enseignement en langues bilingues, les élèves étudient en wolof au CP. Le français est introduit en CE1, à l’oral puis à l’écrit. L’objectif est de faire des langues nationales une langue de culture, et de maintenir le français comme une langue officielle et de communication internationale. 

C'est une bonne méthode parce que  c'est plus rapide de faire comprendre dans la langue maternelle de l'enfant que dans une langue secondaire. Les enfants apprennent plus vite.

Warietout Ndiaye, institutrice à Mbissao

Les langues nationales sont ainsi utilisées comme une sorte de levier. Un moyen pour que le wolof se maintienne comme une langue d’échange quotidien et le français la langue ultime d’apprentissage. En utilisant le wolof comme langue d’appui à l’apprentissage du français, c’est aussi une façon de s’appuyer sur l’environnement familial de l’enfant qui parle dans la majorité des cas le dialecte à la maison.
L’évaluation des acquis des élèves a démontré une amélioration positive des acquis par rapport aux élèves des classes classiques. L’ambition du Sénégal est de généraliser cette méthode à la moitié des écoles primaires du pays.

6 langues ont le statut de langue nationale, reconnues par l’Etat : le joola, le mandinka, le pulaar, le seereer, le soninké et le wolof. Ce sont ces langues qui sont utilisées comme langues d’enseignement dans les classes bilingues, aux côtés du français.