Afrique

Vidéo - Manifestations en Tunisie contre la vie chère

Tunisie Manifestations Factuel 180109
Récit : Pascale Veysset, montage : Olivier Moysan
©TV5MONDE

Des rassemblements à Tunis, Gafsa, Kasserine ou encore Sidi Bouzid : près de 7 ans après le départ de Ben Ali, toujours beaucoup de colère contre la vie chère. Les protestations ont parfois dégénéré en affrontements avec la police : un  manifestant est mort le lundi 8 janvier à Tebourba, près de la capitale.

dans

Des maisons incendiées et des dégâts matériels très importants : Tebourba, située à 40 kilomètres à l'ouest de Tunis a été le théâtre de violents affrontements entre manifestants et forces de sécurité ce lundi 8 janvier 2018. Bilan : un mort, un manifestant et 44 arrestations.

Depuis dimanche 7 janvier,  un mouvement de grogne sociale se fait entendre en Tunisie et touche désormais une dizaine de villes du pays.
Depuis dimanche 7 janvier,  un mouvement de grogne sociale se fait entendre en Tunisie et touche désormais une dizaine de villes du pays.
©TV5MONDE

Les chars déployés

Comme le montrent aussi des images publiées sur les réseaux sociaux, des chars de l'armée seraient en train de se déployer à Kasserine.
A l'origine de ces manifestations : l'entrée en vigueur le 1 er janvier de la nouvelle loi de finances qui prévoit la hausse des prix de nombreux produits de la vie courante.
Le gouvernement tunisien a justifié ces mesures : pour lui c'est le seul moyen de réduire le déficit budgétaire du pays.

Les taxes ne touchent en rien le panier pour tout ce qui est produits alimentaires et autres, puisqu'ils sont hors champ TVA. Parmi les acquis de la démocratie, il y a la possibilité de s'organiser, la possibilité de manifester. Mais on a aussi l'obligation de travailler pour que l'économie tunisienne soit une économie saine.

Ridha Chalghoum, ministre tunisien des Finances

Derrière ces manifestations : le mouvement "Fech Nestannew", qui signifie "qu'est-ce qu'on attend ?". La semaine dernière, des dizaines de militants ont été arrêtés pour  des graffitis dénonçant les mesures d'austérité et pour avoir distribué des tracts appelant à manifester.

► Analyse : "Les Tunisiens ont le sentiment qu'on se moque d'eux"

Tunisie analyse Maurine Mercier
Par Maurine Mercier, correspondante TV5MONDE à Tunis