Vidéo - RD Congo : campagne contre les expropriations illégales à Kinshasa

spoliateurs
©TV5MONDE

En République démocratique du Congo, les conflits fonciers prolifèrent dans la capitale. A tel point que le phénomène inquiète la population. De plus en plus souvent, des propriétaires se font exproprier de leurs habitations, au bénéfice de personnalités proches du pouvoir. Reportage TV5MONDE de Francine Mokoko et Thibaut Cavaillès.

dans
A l'heure de l'informatique, l'enregistrement des titres fonciers  en République Démocratique du Congo se fait encore quasi manuellement, à la machine à écrire.

Une solution plus efficace que l'ordinateur assure-t-on au ministère des affaires foncières.

Seulement, la machine à écrire n'empêche pas les fraudes et les falsifications. Comme ce professeur, qui en a fait les frais. Un membre du gouvernement s'est permis de l'exproprier de sa parcelle acquise en 2000. La justice lui a donné raison à de nombreuses reprises. Mais aujourd'hui, il se trouve toujours dépossédé de son bien.

Lui  n'est pas puissant. Ceux qui spolient de par leurs liens avec le pouvoir, peuvent, estime-t-il, tout bloquer, voire intimider ceux qui veulent faire valoir leurs droits.

Le gouvernement congolais se dit conscient de ces injustice et assure entrer en guerre contre les spoliateurs. Devant les conservateurs des titres immobiliers de Kinshasa, le ministre des Affaires foncières a lancé une campagne de récupération des terres. Toute personne occupant illégalement un terrain devra se mettre en règle dans les six mois, sous peine de se voir déchu de son titre de propriété.

La question : comment des usurpateurs de terrains vont-ils accepter de venir s'enregistrer ? Les spoliateurs puissants vont-ils être vraiment inquiétés par la justice ? Cette question des conflits fonciers reste l'un des grands problèmes du pays. Au moins 70% des dossiers judiciaires concernent des affaires de ce genre.