Au Canada, apprendre ou réapprendre la langue de ses ancêtres

90 étudiants sur le programme de cours de langues autochtones à Montréal. 
90 étudiants sur le programme de cours de langues autochtones à Montréal. 
©C.François/TV5MONDE

Quelque 25 000 autochtones vivent dans la grande région de Montréal. Nombreux sont ceux qui ont perdu le lien avec la langue de leurs ancêtres. Mais depuis septembre 2015, un organisme offre des cours de langues autochtones pour leur permettre de reprendre contact avec la langue de leur enfance ou de l’apprendre, tout simplement.

dans

Ce programme, développé par l’organisme "Montréal autochtone", depuis septembre 2015, grâce à des subventions du gouvernement canadien, remporte un vif succès depuis ses débuts.

Au départ, trois langues autochtones ont été proposées : l’innu, le mohawk et le cri. Puis, trois autres langues se sont finalement ajoutées : l'anishnabe, l'abénaquis et l'inuktitut.

Actuellement, 90 étudiants sont inscrits au programme qui offre huit cours pour adultes par semaine pendant deux sessions de douze semaines, ainsi que des cours inuktitut pour enfants. Les cours sont si populaires que les responsables doivent refuser des demandes d’admission, faute de places et d’enseignants.
 

Bérénice Mollen-Dupuis est la chargée de projet du centre Montréal autochtone : "<em>Il était temps qu'il y ait des cours de langues autochtones à Montréal</em>".
Bérénice Mollen-Dupuis est la chargée de projet du centre Montréal autochtone : "Il était temps qu'il y ait des cours de langues autochtones à Montréal".
©C.François/TV5MONDE

« Nous devons prioriser les autochtones dans les demandes d’inscription, explique Bérénice Mollen-Dupuis, la chargée de projet de Montréal autochtone. Mais le tiers de nos étudiants sont aussi des non-autochtones, des gens qui travaillent dans les communautés ou qui sont simplement intéressés à apprendre ces langues ».

Des langues pleine d'images

Il faut pourtant beaucoup de motivation pour suivre ces cours. Il s’agit de langues aux sonorités très différentes de l’anglais et le français, des langues complexes, exigeantes et qui portent, pour la plupart, leur propre univers.

Des langues comme l’INNU par exemple sont très imagées : une bouilloire se traduirait littéralement par « celui qui siffle », un Québécois par « celui qui pêche » parce que les premiers blancs que les Innus ont rencontrés il y a des centaines d’années pêchaient.

L'innu est une langue complexe et très imagée. 
L'innu est une langue complexe et très imagée. 
©C.François/TV5MONDE

« C’est notre défi, précise Myriam Thirmish, l’une des enseignantes du cours d’Innu, essayer d'expliquer justement toute cette philosophie qui est complètement distincte à des gens qui ont une manière de penser une manière de voir le monde, une manière de raisonner complètement différente alors c'est essayer de faire un pont entre les deux ».

Menacées de disparition

Il y a une soixantaine de langues autochtones au Canada, dont 10 au Québec selon le recensement de 2011 de Statistique Canada. Mais beaucoup d’entre elles seraient en voie de disparition selon l’UNESCO. Actuellement, seulement un autochtone sur six parle la langue de sa communauté. Par exemple seulement une vingtaine de personnes parleraient actuellement l’abénaquis.

Seul un autochtone sur six
parle la langue de sa communauté
« On n'aura jamais la capacité de sauver une langue en milieu urbain, c'est un gros défi, ce qu’on veut c'est garder ces langues-là vivantes dans le milieu urbain donc dans la ville de Montréal et dans sa région », déclare Bérénice.

Se réapproprier son identité

Apprendre ou réapprendre leurs langues est une façon de se réapproprier leur identité pour les autochtones.

« J'ai toujours dit qu'en premier j'étais une femme, et qu'en deuxième j'étais autochtone et qu'en troisième j'étais une Québécoise, mais vraiment le fait d'apprendre ma langue ça va me donner un plus pour mon identité », explique Annie Boivin, une Innu d’origine qui suit actuellement des cours d’innu.

Annie Boivin, Innu d'origine, suit des cours d'innu au centre Montréal autochtone.
Annie Boivin, Innu d'origine, suit des cours d'innu au centre Montréal autochtone.
©C.François/TV5MONDE


Si elle n’a pas vraiment cherché à l’apprendre quand elle était jeune, c'est parce qu’elle n’en voyait pas l’intérêt. Elle a maintenant toute la motivation nécessaire pour apprendre les bases de l’innu et pouvoir parler avec les membres de sa communauté dans leur langue, ou tout du moins comprendre les conversations.

« Actuellement, c'est difficile de transmettre sa langue à ses enfants, même dans la communauté, où ce n’est pas ça nécessairement valorisé. Donc c'est vraiment intéressant maintenant de voir que cela se revalorise tranquillement et j’espère que cela va aussi rayonner dans les communautés », ajoute Myriam Thirmish.

« Si tu as ta langue, tu tiens ta culture ancrée en toi, souligne Bérénice, je pense qu’il était temps que des cours de langues autochtones soient offerts à Montréal, c’est une demande que les communautés faisaient depuis longtemps ».

Immersion dans les communautés

"Montréal autochtone" a bien l’intention de poursuivre son programme et espère que le gouvernement canadien va continuer à en assumer le financement via des subventions qu’il accorde chaque année.

L’organisme veut offrir d’autres langues et mettre en place des camps d’immersion dans des communautés pour permettre aux étudiants de parler la langue qu’ils apprennent.  « On aimerait être la plaque-tournante des programmes de langues autochtones à Montréal », conclut Bérénice.

Cette expérience est si concluante que le département de langues de l’Université de Montréal va offrir des cours d’innu en 2017 et d’autres universités pourraient bien suivre l’exemple.