Belgique : la peinture de Gérard Garouste dans tous ses états

©captured'écran/RTBF

Une exposition consacrée à Gérard Garouste ouvre ses portes au Musée des Beaux-arts de Mons en Belgique. Au coeur de la galerie, cet artiste français, à la fois classique et inclassifiable invite le visiteur à se perdre dans un labyrinthe constitué de 35 toiles monumentales.

dans

Gérard Garouste est un peintre classique qui puise ses sujets d'inspiration dans les mythes et les légendes, dans les textes sacrés et dans la littérature profane du passé.

La bibliothèque est vaste, de la mythologie grecque aux livres de Rabelais et de la Thora à l'Enfer de Dante. Don Quichotte est un de ses personnages emblématiques. Il est fou et sage, à l'image de ce peintre humaniste, né à Paris en 1946, qui a connu plusieurs périodes d'enfermement en hôpital psychiatrique.

Son père était un homme brutal ; connu pour son antisémitisme, il collabora avec l'occupant pendant la deuxième guerre mondiale. A la naissance de ses enfants, Gérard Garouste rencontre la folie. La science le diagnostique bipolaire ou maniaco-dépressif.
 

Je dessine exactement comme une grand-mère qui fait du tricot, elle pense. Pendant que je fais du tricot, et bien je pense! Gérard Garouste


Garouste depuis vingt ans étudie l'hébreu. Il n'y a pas de hasard dans la psychologie humaine. Le peintre épique trempe ses pinceaux dans un moyen âge fabuleux, mais à l'instar du Gréco, il allonge les formes et les contorsionne et il irrigue ses toiles de couleurs vives. Le lin du support absorbe la matière et confère à la peinture la matité de la fresque.

©captured'écran/F5

En 2000, Garouste avait décoré la salle des mariages de l'hôtel de ville de Mons en peignant une fresque qui racontait le combat de Saint-Georges contre le dragon.

Salle des mariages de l'Hôtel de ville de Mons (Belgique) décoré depuis 2000 par l'artiste français Gérard Garouste.
Salle des mariages de l'Hôtel de ville de Mons (Belgique) décoré depuis 2000 par l'artiste français Gérard Garouste.
©DR


Une sélection de plus de 80 œuvres, parfois monumentales, sont rassemblées au BAM (Musée des Beaux-arts de Mons) jusqu'au 29 janvier.  La salle Saint-Georges, quant à elle, accueillera une installation spécialement conçue par Gérard Garouste.
 

©captureécran/siteMuséeMons


Cette installation inédite invite le visiteur à se perdre dans les méandres d’un labyrinthe constitué de près de 35 toiles monumentales. Une expérience physique et visuelle unique. Gérard Garouste a tissé depuis longtemps des liens avec Mons, puisqu'on lui doit la frise de la Salle des mariages de l'Hôtel de Ville (2000) et les sculptures de son porche d'entrée (2006). Ces deux interventions sont dédiées au mythe de saint Georges et du Dragon, directement en lien avec la Ducasse de Mons et son Musée du Doudou.

Les mythes, les légendes ainsi que les religions judaïque et chrétienne sont autant de sources d'inspiration qui jalonnent l’œuvre de cet artiste. Ses formats monumentaux, la virtuosité de sa technique picturale et sa richesse iconographique démontrent sa capacité à ne jamais laisser le spectateur indifférent face à ses tableaux. Cette exposition montoise propose un dialogue intense avec les sources multiples accumulées au cours de 40 années de création artistique. La présence d'ouvrages liturgiques et profanes extrêmement anciens ajoutera une dimension historique à cette exposition.
 

©captured'écran/FB


Pour suivre l'actualité de Gérard Garouste, rdv sur sa page Facebook.