Exposition "Ciao Italia!" : un siècle d'immigration à l'italienne

expo italia
©TV5monde

La France et l'Italie, une histoire commune, inextricable. La première a accueilli les ressortissants de la seconde qui fuyaient la misère, le fascisme. Cette immigration nécessaire, difficile, s'est terminée par une intégration réussie. C'est l'histoire que retrace l'exposition "Ciao Italia", au Musée de l'immigration a Paris.
Reportage TV5 monde Pascale Achard et Guillaume Gouet.

 

dans
Vespa, Bravo, Ciao ... Des mots italiens qui, incognito, ont intégré la langue française...

Des artistes : "Yves Montand",  "Lino Ventura", tous deux sont des fils d'immigrés italiens devenus figures emblématiques du patrimoine culturel français.
 
Quelque chose s'est mêlé intimement entre France et Italie qui fait qu'on a roulé en France en Fiat, qu'on a mis  des chaussures Repetto, qu'on a bu du café à l'italienne, qu'on a mangé de la pizza.... en perdant l'origine de tout ses apports
 
Angelo Tommasi, <em>Gli emigranti</em>, 1896
Angelo Tommasi, Gli emigranti, 1896
© Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna e Contemporanea BD

"Ciao Italia", l'exposition, retrace l'Histoire, le parcours de millions d'italiens, poussés hors de leur pays par la misère et la situation politique, de la moitié du XIXème siècle jusqu'aux années 60'.

Jouer des clichés et préjugés


Entre préjugés dévalorisants et regards bienveillants, violences et passions, rejet et intégration, l’exposition traduit les contradictions spécifiques de l’histoire de cette immigration tout en mettant en lumière l’apport des Italiens à la société et à la culture françaises. Jouant des clichés et préjugés de l’époque et rappelant la xénophobie dont ils étaient victimes, l’exposition s’attache à retracer le parcours géographique, socio-économique et culturel des immigrés italiens en France.

Abordant tout à la fois la religion, la presse, l’éducation, les arts, la musique et le cinéma, les jeux et le sport, ou encore la gastronomie, elle donne à voir tous ces Italiens, ouvriers, mineurs, maçons, agriculteurs, artisans, etc...
 
©DR

Aujourd'hui le "cliché" de "l'art de vivre" à l'italienne,  la "dolce vita" est bien ancré en France et il aura fallu près d'un siècle et demi pour y arriver.

► Lire aussi notre dossier : la France, une suite de vagues migratoires