Disparition du photographe Marc Riboud : "l'instinct de l'instant"

Marc Riboud en Chine, 1996.<br />
Marc Riboud en Chine, 1996.
©Xiao Quan

Ses clichés ont immortalisé les tournants du XXe siècle. Marc Riboud, considéré comme l'un des plus grands photographes de presse, est décédé mardi à l'âge de 93 ans, des suites d'une longue maladie.

dans

La fille à la fleur. Une lycéenne, Jane Rose Kasmir, fait face aux baïonnettes des soldats américains, une fleur à la main. 

Cette jeune fille va symboliser, par un effet de synecdoque (une partie pour le tout), l'ensemble des manifestants qui étaient 70 000 ce jour-là à défiler devant le Pentagone à Washington, contre la guerre du Vietnam. Cette image restera à jamais le symbole d'une certaine Amérique, d'une page de son histoire. C'était en 1967. Derrière l'objectif, Marc Riboud.
 

Jeune fille à la fleur, Washington, 1967.
Jeune fille à la fleur, Washington, 1967.
©MarcRiboud


Maître du noir et blanc, à la fois témoin de conflits et observateur du quotidien, Marc Riboud était un reporter qui photographiait comme "un musicien chantonne", c'est ce qu'il disait de lui. "J'ai beaucoup marché dans ma vie j'aime être seul, c'est ma façon à moi de vivre!" confiait-il sur le plateau de TV5monde en mai 2009. (revoir l'émission L'invité plus bas).

En 1953, un cliché fait la Une du prestigieux magazine américain Life. Le Peintre de la Tour Eiffel, un ouvrier en équilibre sur la structure de la Tour (1953).

La naissance d'un grand photographe

Peintre de la tour Eiffel, Paris, 1953.
Peintre de la tour Eiffel, Paris, 1953.
©MarcRiboud
Cette photo, "c'est la naissance du grand photographe Marc Riboud. Il vient de rencontrer Henri Cartier-Bresson et Robert Capa, qui sont ses parrains, et il décide d'aller photographier la Tour Eiffel", explique à franceinfo Alain Genestar, directeur de la publication du magazine de photojournalisme Polka. "Marc Riboud ne se rend pas à la Tour Eiffel par hasard. Il sait qu'il y a des travaux. Il photographie ce peintre. Il a juste pris une pellicule. Il prend une douzaine de photos et cette photo fait la couverture de Life."  
©MarcRiboud



Il relève que Marc Riboud prenait également des "photos drôles", "des scènes insolites (...) C'est le cas de cette photo avec cette bonne sœur qui prend un taxi à côté de Notre-Dame".

 

Des photos de Marc Riboud prises Cuba sont à voir à Visa pour l'image, à Perpignan (Pyrénée-Orientales) jusqu'au 11 septembre.

Né près de Lyon, frère du fondateur de Danone, Antoine Riboud, et de l'industriel Jean Riboud, cet ingénieur de formation était entré dans la prestigieuse agence Magnum, à l’invitation d’Henri Cartier-Bresson et de Robert Capa.

Lauréat de nombreux prix, dont le prix Nadar en 2012 pour son livre "Vers L'Orient", il a publié dans des grands magazines, dont Life, Paris Match, Stern, Geo et Le Nouvel Observateur.

Il a parcouru le monde entier, en particulier avec de très longs séjours en Inde, en Chine et au Japon, où il a trouvé le sujet de son premier livre, "Women of Japan".

 

Célébration de l'indépendance, Alger, 2 juillet 1962.
Célébration de l'indépendance, Alger, 2 juillet 1962.
©MarcRiboud

En 1960, après trois mois en URSS, il couvre les indépendances en Algérie et en Afrique subsaharienne. Entre 1968 et 1969, il effectue des reportages au Sud ainsi qu’au Nord Vietnam, où il est l’un des rares photographes à pouvoir entrer. Dans les années 1980-1990, il retourne régulièrement en Orient et en Extrême-Orient, particulièrement à Angkor et Huang Shan, mais aussi en Chine.
 

Les yeux, publicité pour une marque de voiture, Shanghai, 2002.
Les yeux, publicité pour une marque de voiture, Shanghai, 2002.
©MarcRiboud
Marc Riboud se confiait sur le plateau de TV5monde, le 4 mai 2009. 
 "Je ne crois pas au talent, mais à la prédisposition. Moi, on m'a dit que j'étais prédisposé à la géométrie. D'ailleurs au bac, j'ai eu 28 sur 30 en maths, c'était peut-être un signe!"
Hôtel Grand Hyatt dans la tour Jin Mao à Shanghai, 2002.
Hôtel Grand Hyatt dans la tour Jin Mao à Shanghai, 2002.
©MarcRiboud


Le Musée national d’art moderne (Centre Georges Pompidou) à Paris conserve 247 photographies de Marc Riboud. Parmi cet ensemble, une dation de 192 tirages d’époque, choisis parmi les plus beaux vintages de ses archives, a été confiée au musée en 2011. Des dizaines d'autres grands musées de la planète, comme la Tate à Londres ou encore le Moma de New-York, possèdent des tirages du photographe. En 2011, l'exposition printemps-été du Musée de la Vie romantique présentait 110 des plus célèbres clichés de Marc Riboud : des tirages millésimés ou vintages en noir et blanc, des variantes, des repentirs, ou des prises de vue voisines de planches de contacts. Un livre recueil de cette exposition a été publié intitulé L'instinct de l'instant-50 ans de photographie (Paris Musées).