Culture

Dragon Ball, du manga au phénomène culturel

Sujet Dragon Ball
© TV5MONDE

Le 26 janvier, le dernier jeux vidéo issu de Dragon Ball, Dragon Ball Fighter Z, sort sur presque toutes les consoles. Arrivée en France dans les années 1980, l'histoire de Son Goku a popularisé le manga et la culture japonaise en France. 

dans
François est un fan de Dragon Ball. Dans son studio parisien, l'intégrale des mangas, les boîtes de jeux vidéo et les figurines de ses personnages préférés trônent sur une étagère dédiée que l'on remarque dès l'entrée. Cette passion lui vient de son oncle : "quand j'étais enfant, il m'offrait les cassettes de l'anime [les animes sont les dessins animés japonais NDLR] et je passais mes mercredis après-midi à les regarder." 

Depuis ces sessions cassettes, il a grandi et maintenant "dès qu'il y a un film qui sort, je fonce le voir. Pareil pour les jeux, je les achète avant leur sortie, je prends tous les DLC... Ma seule limite ce sont les figurines parce qu'elles coûtent trop chers." François est donc fan de Dragon Ball mais pas seulement : "j'adore le Japon. J'y suis allé plusieurs fois et je rêve d'y vivre." 

Le jeune homme de 22 ans est un fan comme il en existe des millions. Tout démarre le 8 mars 1988 avec la première diffusion de Dragon Ball en France dans le club Dorothée. L'anime rencontre un franc succès et Brigitte Lecordier, la doublure vocale de Son Goku enfant, devient une célébrité reconnue. Grâce à Dragon Ball, elle fera le tour du monde et sera acclamée au Japon.

Le manga est publié en France depuis 1993. Depuis la première publication, le manga Dragon Ball s'est écoulé à 250 millions d'exemplaires à travers le monde. 
 
© Creative Commons

Une voix française mondialement connue 

Brigitte Lecordier est une actrice française. Après avoir étudié le cirque et découvert l'univers du théâtre, elle se tourne finalement vers le doublage d'animation.

Elle prête sa voix à des personnages de séries pour la jeunesse notamment Son Goku enfant, Son Gohan et Son Goten dans les séries et films de Dragon Ball : Dragon Ball Z, Dragon Ball GT, Dragon Ball Z Kai et Dragon Ball Super. Nicolas dans "Bonne nuit les petits", Oui-Oui, Bouba le petit ourson font également partie de son répertoire.

En parallèle, la comédienne double de nombreux personnages de films et séries télévisées, principalement l'actrice américaine Jamie Brewer dans "American Horror Story". Aujourd'hui, elle est aussi directrice artistique. 

Dragon Ball, ambassadeur du manga en France

Si des animes issus de la culture japonaise étaient diffusés avant Dragon Ball en France, c'est cette saga qui a popularisé le manga en France et en Europe. Aujourd'hui, la France est le deuxième pays consommateur de produits japonais derrière... le Japon. Le dernier film issu de la licence, Dragon Ball : la revanche de F, a récolté plus de 61 millions de dollars.

Il existe de nombreuses raisons à ce succès. L'un d'entre eux est Son Goku (connu aussi sous le nom de Sangoku) qui est un personnage devenu culte. L'histoire du manga est structurée autour de sa vie : Dragon Ball raconte ses aventures lorsqu'il est enfant, Dragon Ball Z lorsqu'il est adulte. En 1996 et pendant un an, une autre série, Dragon Ball GT, dépeint l'après-Dragon Ball Z : elle est depuis considérée comme non-canon (c'est-à-dire qu'elle n'entre pas dans l'histoire reconnue de cet univers).

Goku enfant est simplet, naïf et très joyeux. Avec l'âge et l'expérience, il mûrit et assume les responsabilités liées au développement de sa puissance. Cette évolution du personnage, simultanée à celle de ses spectateurs/lecteurs, a permis une identification assez forte. Bien que banale à l'heure actuelle, cette technique de narration qui consiste à faire grandir le personnage au fil du temps était, à l'époque, sans réel précédent - et surtout en opposition claire avec les comics américains dont les personnages ne vieillissent jamais. Et elle a inspiré de nombreux autres mangas qui sont, à leur tour, devenus populaires (Naruto et One Piece par exemple).

Dragon Ball est aussi l'une des licences qui a donné naissance au plus grand nombre d'adaptations : une vingtaine de films (tous non-canons) et 71 jeux vidéos. En guise de comparaison, il existe moins de cinquante jeux vidéos Star Wars. Récemment, Son Goku a été désigné comme ambassadeur officiel du Japon pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Une manière, pour les Japonais, de remercier un personnage qui a été le porte-étendard de leur culture à l'étranger.

Au Québec, Dragon Ball est célèbre grâce (ou à cause) de la très mauvaise expérience liée à une marque alimentaire, Kraft. En 2005, l'entreprise lance une offre promotionnelle : pour 12 paquets achetés, un double-DVD avec des extraits de Dragon Ball et Dragon Ball Z (en version américaine) était offert. Sauf que pour l'exporter au Québec, il fallait le doubler en français. Le résultat ? À vous de juger :
 

Que devient Dragon Ball ?

À la fin de Dragon Ball Z, l'auteur - Akira Toriyama - avait intégré dans le récit une ellipse de cinq ans. Aujourd'hui, un manga et un anime, Dragon Ball Super, relate les évènements survenus pendant cette période. Même s'il est très suivi par la communauté de fans, cet anime est aussi très critiqué, accusé de ne pas respecter la licence et les fans, et surtout, de n'être qu'un argument de vente pour de nouveaux produits dérivés. Par exemple, Adidas prévoit de commercialiser des baskets Dragon Ball Super à l'automne 2018. 

D'autant que Goku, devenu plus adulte dans Dragon Ball Z, a à nouveau une attitude naïve et irréfléchie. La Toei animation (l'entreprise qui s'occupe de l'anime) a annoncé la fin de la diffusion de Dragon Ball Super au Japon pour le 25 mars prochain... sans préciser que cet arrêt de diffusion sera la fin de l'anime. Un nouveau film Dragon Ball intitulé "L'origine des Saiyens" (les Saiyens sont des extraterrestres dont Goku fait partie) sera diffusé en fin d'année et l'équipe qui s'occupe de l'animation est celle qui travaille aussi sur Dragon Ball Super.

Bien que fan, le jugement de François est sans appel : "Dragon Ball Super, c'est sympa mais honnêtement, il ne respecte ni l'esprit du manga ni les fans. Il est temps que ça se termine."