Grammy Awards : les francophones également récompensés

L'artiste béninoise Angélique Kidjo pose dans la salle de presse des 58e Grammy Awards au Staples Center, le 15 février 2016, à Los Angeles. Elle a reçu le prix du meilleur album de musiques du monde pour "Sings". 
L'artiste béninoise Angélique Kidjo pose dans la salle de presse des 58e Grammy Awards au Staples Center, le 15 février 2016, à Los Angeles. Elle a reçu le prix du meilleur album de musiques du monde pour "Sings". 
©Chris Pizzello/Invision/AP

Pour la 58e édition des Grammy Awards, trois francophones ont été distingués parmi les 83 prix remis aux artistes et techniciens de musique lors de la cérémonie du lundi 15 février, à Los Angeles.

dans
Ils sont trois à avoir finalement reçu leur récompense américaine. Parmi les 83 Grammy Awards décernés, lundi 15 février, par la National Academy of Recording Arts and Sciences (Académie nationale des arts enregistrés et des sciences), trois sont revenus à des artistes francophones.
Cette cérémonie qui se déroule chaque année à Los Angeles, reste un moment très attendu aux Etats-Unis. C'est là que sont récompensés artistes et techniciens dans différents genres musicaux : électro, pop, rap, jazz, ...

Les francophones primés

La Béninoise, Angélique Kidjo, qualifiée par Time magazine de "première diva africaine" a décroché le prix du meilleur album de musiques du monde pour "Sings". 
Le prix du meilleur album jazz vocal revient à la chanteuse Cécile McLorin Salvant pour "For one to love". Son précédent album "WomanChild" avait été nommé aux Grammys 2014, sans être primé. Née aux Etats-Unis, elle poursuit ses études de droits, de chant lyrique et baroque à Aix-en-Provence dans le sud de la France. 

Cecile McLorin Salvant pose avec son Grammy le 15 février à Los Angeles. 
Cecile McLorin Salvant pose avec son Grammy le 15 février à Los Angeles. 
©Chris Pizzello/Invision/AP

Quant aux chef d'orchestre français Ludovic Morlot, nommé dans trois catégories, il a finalement été primé dans celle du prix du meilleur solo instrumental de musique classique remis au ​violoniste soliste Augustin Hadelich pour "L'Arbre des songes" de Dutilleux. Pour ce solo, Ludovic Morlot conduisait l'orchestre symphonique de Seattle. 

Taylor Swift, Kendrick Lamar et les autres...

Mais la 58e cérémonie des Grammy Awards a surtout été marquée par des artistes américains multiprimés. Ainsi, la chanteuse Taylor Swift a remporté deux Grammys pour son album "1989": meilleur album pop et album de l'année - qu'elle avait aussi remporté en 2010 pour "Fearless". 

"En tant que première femme à gagner le prix de l'album de l'année aux Grammys deux fois, je veux dire aux jeunes femmes que vous rencontrerez beaucoup de gens qui tenteront de minimiser votre succès", a-t-elle déclaré. Elle les a appelées à "continuer à travailler" et à ne laisser personne voler leurs victoires.
Avec 5,7 millions de copies vendues aux Etats-Unis, son album "1989" a enregistré un record de vente pendant la période prise en compte pour la 58ème édition des Grammys.

Son ami et rival, le rappeur Kendrick Lamar, a empoché cinq prix dont celui du meilleur album rap pour "To Pimp a Butterfly". L'artiste de 28 ans a marqué la soirée en interprétant sur scène son titre "Alright", devenu l'hymne non-officiel du mouvement protestataire américain Black Lives Matter. 

Dans un décor de prison, entouré de danseurs qui brisent menottes et entraves, sa prestation évoquait les violences contre les Noirs aux Etats-Unis.

Le producteur anglais Mark Ronson et le chanteur Bruno Mars ont, eux, été sacrés meilleur enregistrement de l'année pour leur tube planétaire "Uptown Funk".
 


Quant au Grammy de la chanson de l'année, il a été remis à l'auteur et compositeur anglais Ed Sheeran pour "Thinking Out Loud".

Hommages

Cette soirée dédiée à la musique a aussi été l'occasion de rendre hommage aux disparus. Ainsi, Lady Gaga s'est grimée en dieu du rock David Bowie, décédé au mois de janvier. Elle a livrée une prestation largement saluée par le public et la critique. 
 

Johnny Depp a, quant à lui, pris sa guitare pour rendre hommage à l'artiste décédé Lemmy du groupe de hard rock Motörhead. Stevie Wonder, a également mené a capella une performance en mémoire de Maurice White,chanteur du groupe d'Earth Wind and Fire.