Culture

Johnny Hallyday : le monde francophone pleure la mort de l'idole du rock

Des fans de Johnny se sont aussi retrouvés devant son domicile dans les Hauts -de-Seine où il est décédé dans la nuit de mardi à mercredi. 
Des fans de Johnny se sont aussi retrouvés devant son domicile dans les Hauts -de-Seine où il est décédé dans la nuit de mardi à mercredi. 
©AP Photo/Christophe Ena

En Belgique, en Suisse ou encore au Québec, les médias et les francophones rendent hommage à Johnny Hallyday, décédé à 74 ans, dans la nuit de mardi à mercredi. 

dans
Les Français et francophones réagissent dans le monde entier à la mort de la star du rock français, Johnny Hallyday. 
 
reactions français de l'étranger
Réactions de Français en Belgique, en Australie et au Japon ©AFP
 

Belgique

Dans la patrie de son père qu’il a peu connu, Léon Smet un artiste de cabaret bruxellois, Johnny Hallyday était très populaire. Il avait d’ailleurs demandé la nationalité belge, en vain. 

> lire notre article : Des retrouvailles manquées entre Johnny et la Belgique de son père

Le quotidien belge Le Soir annonce ainsi sobrement le décès du chanteur : « son nom était Johnny ». « [Il] a brillé de ses excès, de ses défauts et, surtout, de cette indestructible longévité. Elle va en faire à tout jamais un mythe. Un vrai », écrit le journaliste belge Thierry Coljon.

A Bruxelles, la Société des Transports Intercommunaux a également décidé de lui rendre hommage en diffusant dans les stations du métro bruxelloises, les chansons emblématiques de Johnny. 


Le Premier ministre belge, Charles Michel, salue « un immense artiste populaire » :

Suisse 

Le rockeur y possédait une maison, à Gstaad dans le canton de Berne. "Johnny, requiem pour un feu" a titré ce matin le quotidien suisse Le Temps

« Johnny est pour ses auteurs une invitation à la démesure, écrit le journaliste Arnaud Robert, ils savent que personne d’autre que lui saura chanter, sans fausse pudeur ni surmoi encombrant, la bataille existentielle, l’amour trahi, la soif de rédemption, la mort et la résurrection. L’essentiel des plumitifs francophones envoie des textes sitôt que le chanteur annonce travailler à un nouvel album. Au fil des ans, Philippe Labro, Ravalec, Françoise Sagan, Jean Rouaud pigent pour lui. »

Les journaux suisses titrent eux aussi sur la mort de Johnny Hallyday. 
Les journaux suisses titrent eux aussi sur la mort de Johnny Hallyday. 
© capture d'écran

Canada / Québec


Les médias canadiens aussi rendent hommage à «"Johnny", comme on l'appelle affectueusement dans l'Hexagone  », écrivent nos confrères de Radio Canada.
 

Un phénomène de la chanson rock et populaire dans la francophonie.

Michel Girouard, chroniqueur culturel québécois. 

La Presse fait part des réactions de personnalités québécoises notamment le chroniqueur culturel Michel Girouard qui rappelle que Johnny  reste un phénomène unique au sein « de la chanson rock et populaire dans la francophonie. »

Quant à la productrice et animatrice, Julie Snyder, elle s'est dite « sous le choc » à l'annonce de la disparition de Johnny, « un monument de la chanson » et le « plus grand rockeur français », selon elle.

Isabelle Boulay, qui avait aussi chanté avec le rockeur, compare Johnny à un autre monument de la musique sur le site de La Presse : « Je l’ai toujours mis sur le même pied d’égalité qu’Édith Piaf. J’ai toujours dit que les Français allaient avoir autant de chagrin quand cet homme-là allait partir que quand ils ont perdu Piaf. Johnny Hallyday, c’est comme Elvis Presley. »

Le Devoir salue Johnny Hallyday avec « le dernier roi du rock français s'éteint ». 

La chanteuse Céline Dion qui avait partagé la scène avec l'idole du rock lui a rendu hommage sur son compte Twitter cette nuit : 


Ainsi que la jeune chanteuse québécoise Coeur de pirate : 


Enfin, Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien du gouvernement de Justin Trudeau s'est exprimée sur son compte Twitter "Vous nous manquerez" :